Home

Histoire < Antiquité au 19e siècle < Égypte Ancienne < Maquillage et médecine

Maquillage et médecine

Les anciens Égyptiens possédaient une bonne connaissance du corps humain. Documents et récits nous permettent aujourd’hui de cerner l’importance des connaissances médicales en Égypte.
En 2010, de nouvelles découvertes effectuées confirment le soin que portait cette civilisation aux maladies et aux petits maux quotidiens.

Soins naturels

La pharmacopée égyptienne compte environ 700 substances principalement végétales. Les remèdes sont composés de fruits telles les dattes, de fleurs, de graines d’acacia ou à base de ricin.
D’après les manuscrits, les douleurs musculaires sont soignées grâce à la résine de ciste.

Cette pharmacopée comporte également des minéraux comme le calcaire ou le carbonate. Ces minéraux sont réduits en poudre pour être avalés avec une boisson.
Ils servaient notamment à lutter contre les troubles digestifs et les crises de foie.

Parmi les papyrus qui nous ont permis d’en savoir plus sur la médecine égyptienne, on trouve notamment le papyrus Ebers, retrouvé à Louxor et rédigé vers 1500 avant notre ère.

Le grand papyrus de Berlin ou papyrus Brugsch contient des remèdes contre les maladies des seins ou contre les parasites intestinaux.

Hemet désigne la médecine qui signifie la technique et l’art. Le médecin doit suivre de longues études et ce métier se transmet de père en fils.
Il existe également des spécialistes comme le dentiste ou la sage-femme.

Sounou « celui de ceux qui souffrent » désigne le médecin.

Maquillage et médecine

En 2010, Issa Tapsoba et son équipe (Université Pierre-et-Marie Curie) ont découvert une autre utilité au fard noir soulignant le regard des notables et des pharaons.
Ce maquillage n’avait pas pour seul objectif d’être esthétique.

Egypte ancienne

Le composé du maquillage dépendait également du statut social. © dinosoria.com

En effet, il est à base de plomb. La laurionite, un sel de plomb, qui entre dans la composition du fard, stimule le système immunitaire.
Les bienfaits ne sont obtenus que si le dosage est faible.

Statue. Egypte egyptienne

Le fard noir est reproduit sur les statues. © dinosoria.com

Il semblerait, d’après les chercheurs, que ce procédé permettait aux Égyptiens de mieux combattre les infections bactériennes de la peau et des yeux.

Ce remède apparaît d’ailleurs dans certains manuscrits médicaux.

Médecine et religion

La religion était bien sûr omniprésente dans la vie quotidienne des anciens Égyptiens. Malgré leurs connaissances très poussées en anatomie ou en ophtalmologie, la magie était associée aux soins.

Thot est le dieu des sciences et de la médecine. Pour vaincre plus facilement la maladie, le médecin adresse des prières à ce dieu, ainsi d’ailleurs qu’à Imhotep, grand architecte, mais également médecin.

Thot. Dieu de l'Egypte ancienne

Thot. Dieu de la médecine et des Sciences. By Georg Wittberger

Le médecin engage également un dialogue avec la maladie elle-même, le tout accompagné de chants religieux et d’invocations.

Le papyrus de Londres comporte par exemple des pratiques magiques et des incantations ainsi que des remèdes contre les maladies des yeux et contre les brûlures.

V. Battaglia (27.06.2012)

Liens

Histoire de la médecine. Bruno Halioua
Les vertus cachées du khôl égyptien. Le Monde

< Egypte ancienne