Home

Dugong

Parmi les 4 espèces de Siréniens, le dugong (Dugong dugon) se reconnaît à sa queue échancrée qui rappelle celle des baleines.
Le dugong est le seul représentant de sa famille, les Dugongidae. Adepte des eaux tièdes, le dugong doit son nom à un mot malais, ce qui indique son abondance dans la région malaise, du moins jusqu'à une époque récente, car il est partout en grave danger d'extinction, notamment dans l'océan Indien occidental. II a disparu du golfe Persique depuis la guerre de 1991.

Le dugong est à l'origine du nom même de l'ordre et d'une légende que le conteur grec Homère utilisa dans son Odyssée: celle des sirènes, ou nymphes marines.

Parmi les Siréniens, on compte également trois espèces de Lamantins.

Portrait du dugong

Le dugong mesure jusqu’à 4 m pour un poids maximum de 900 kg. Comme tous les siréniens, c’est un herbivore qui broute les fonds marins.

Le dugong est extrêmement prudent et passe une grande partie de la journée caché. La nuit, il part en quête de nourriture dans les eaux les moins profondes de son domaine et ne s'interrompt qu'aux premières lueurs du jour. Ses périodes de plongées varient de 1 à 8 minutes, mais à chaque prise d'air, l'animal fait affleurer sa tête et inspecte les environs. S'il aperçoit un intrus, le dugong plonge et s'enfuit rapidement à travers l'épaisse végétation, jusqu'à ce que le danger soit passé.

Dugong

Dugong. © dinosoria.com

Lorsqu'il inspire enfin, le dugong émet un « phaaa» très sonore qui peut être entendu à une très grande distance. En cas d'incursion humaine ou animale, le dugong cherche à fuir, mais malheureusement, sa nage est terriblement lente, 10 km/h au maximum. Le dugong peut se féliciter de sa taille qui effraye une grande partie des prédateurs des mers, mais les requins et les orques restent des exceptions mortelles.

Squelette du dugong

Squelette du dugong. By Michel Vuijlsteke. (CC BY-NC-ND 3.0)

Le dugong est le plus sociable de tous les siréniens. Jadis, on pouvait observer des hardes de plusieurs centaines d'individus en Australie orientale, femelles et petits constituant le cœur du clan. Ces rassemblements dans des régions très fréquentées par les requins laissent à penser que le dugong a compris que... l'union fait la force!

L’habitat du dugong

Maintenant réduite, son aire de répartition originelle coïncidait avec celle des zostères (herbes marines), sa nourriture principale.

Le dugong a aujourd'hui une aire de répartition qui va de la mer Rouge aux îles du Sud-Ouest du Pacifique.

Dugong dugon

Dugong dugon. © dinosoria.com

II recherche les eaux côtières n'excédant pas 10 m de profondeur, dont la température est comprise entre 21 et 35 °C. Rendu très discret par les persécutions, et nocturne là où il est chassé, c'est-à-dire un peu partout, il recherche même les eaux turbides.

Cette discrétion rend son observation pour le moins malaisée. C'est d'autant plus vrai que sa couleur, allant du gris bleuâtre au brun verdâtre, le fait passer inaperçu au-dessus des herbiers plus ou moins boueux qu'il affectionne.

Dugong

Dugong en train de manger. By Ruth and Dave . (CC BY-NC-ND 3.0)

À ce propos, une très récente étude du National Geographic montre que son principal prédateur, le requin tigre, s'avère un régulateur essentiel des populations de dugongs, et, par contrecoup, un protecteur important des herbiers marins que le Sirénien consomme à raison de 10 à 30 kg par jour. Néanmoins, son principal ennemi est l'Homme, qui ne régule pas ses effectifs, mais les décime !

Le dugong est un sirénien strictement marin. On estime à 70 000 le nombre de dugongs fréquentant les côtes australiennes.

Reproduction du dugong

Seule la mère s’occupe du petit, exceptionnellement des jumeaux. Les naissances interviennent notamment de septembre à décembre.

Une femelle réceptive laisse des traces odorantes que les mâles suivent. C’est le mâle le plus vigoureux et le plus entêté qui arrivera à ses fins.

Les mâles se livrent à de violents combats.

Dugong

By Frank Gloystein . (CC BY-NC-ND 3.0)

La gestation dure de 12 à 13 mois. Le petit tête sa mère pendant un an et le sevrage n’intervient qu’entre 12 et 18 mois.
Cette longue période de maternage permet à la mère d’inculquer les principes de migration et l’emplacement des pâturages.

A 2 ans, le jeune est indépendant. En liberté, la longévité est d’environ 30 ans. Malheureusement, peu atteignent cet âge.
On ne connaît pas la population totale des dugongs.
Mais, il devient de plus en plus rare dans toute son aire de répartition : chasse, filets anti-requins, filets de pêche ….

Classification: Animalia. Vertebrata. Mammalia. Sirenia. Dugongidae. Dugong

V.Battaglia (24.10.2006). M.à.J 12.2007

Les Siréniens (caractéristiques, espèces) . Lamantin . Everglades

Références

Les Siréniens, collection Marshall Cavendish 1994
Dugong et Lamantins, Larousse des Animaux; p.166 et 167. Editions Larousse 2006

< Mammifères marins