Home

Animaux < Fonds marins < Poissons < Dragon de mer

Dragon de mer

Le dragon de mer ressemble beaucoup à l’hippocampe. Il existe deux espèces de poissons appelées communément « dragon de mer ». Il s’agit du dragon de mer commun  ou dragon de mer phylloptère (Phyllopteryx taeniolatus) et le dragon de mer feuillu ou hippocampe feuille (Phycodurus eques).
Les deux espèces sont originaires d’Australie.

Dragon de mer commun

Ce poisson mesure jusqu’à 45 cm. Sa principale arme défensive est le camouflage. Sa superbe robe est ornée de couleurs vives très variables.
Ce dragon évolue le long des côtes du Sud de l’Australie et de la Tasmanie. Il apprécie les zones littorales peu profondes, dans des endroits calmes où les plantes marines et les algues abondent.
Camouflé au milieu de la végétation, il peut se protéger des prédateurs mais également guetter ses proies.

Dragon de mer

Dragon de mer (Phyllopteryx taeniolatus). © dinosoria.com

Contrairement aux hippocampes, le dragon de mer ne possède pas une queue préhensile. Il s’en sert essentiellement comme gouvernail.
Sans queue préhensile, le poisson ne peut s’accrocher à des végétaux pour lutter contre des courants violents quand des tempêtes surgissent. C’est ce qui explique que l’on observe souvent des dragons morts sur les plages.

Mâle et femelle portent des ailettes le long du corps, très utiles pour le camouflage.

Dragon de mer

Le dragon de mer possède des ailettes d'une grande beauté. © dinosoria.com

Pour survivre, certaines conditions sont indispensables. La température de l’eau doit se situer entre 12 et 23°C.
Il évolue à une profondeur qui n’excède jamais 50 m et d’une manière générale surtout à environ 10 m de profondeur.

Animal solitaire, le dragon de mer nage très lentement au moyen de ses seules nageoires dorsales et ventrales. Il ne possède pas de nageoire caudale et possède des nageoires anales très réduites.
Les plaques osseuses qui recouvrent son corps limitent d’autant sa mobilité.

Dragon de mer

Comme l'hippocampe, le dragon de mer nage lentement. © dinosoria.com

Dépourvu de dents, comme les hippocampes, il se nourrit par succion essentiellement de crevettes et de larves.

Dragon de mer feuillu

Le mode de vie de cette espèce est identique à celui du dragon de mer commun. L’hippocampe feuille évolue à faible profondeur près des côtes du sud et de l'ouest de l'Australie.

Il se différencie de son cousin par de longues protubérances en forme de végétaux qui lui servent de camouflage.

Dragon de mer feuilu

Dragon de mer feuillu (Phycodurus eques). By lecates

Il peut changer de couleur et passer du vert, au jaune ou même au rouge.

Sa taille n’excède pas 45 cm de long. Malgré une apparente immobilité, il se déplace malgré tout à plusieurs centaines de mètres dans un périmètre bien défini.

Hippocampe feuille

Hippocampe feuille en aquarium. By CorruptKitten

Il se nourrit par succion de crevettes et de petits poissons.

Reproduction

La reproduction est identique pour les deux espèces.

Comme pour les hippocampes, la femelle transmet au mâle sa ponte. Par contre, contrairement aux hippocampes, le mâle incube les œufs sous la queue et non dans la poche ventrale.

Dragon de mer

Le mâle dragon de mer incube les oeufs sous la queue. By Tim Sheerman-Chase

La femelle dépose, à l’aide d’un tube, les œufs qui se fixent sur une plaque incubatrice, située sur la queue.
C’est cette plaque qui leur fournit l’oxygène indispensable.

Il n’y a qu’une seule ponte annuelle qui comprend 250 à 300 œufs.

Dragon de mer

Le dragon de mer feuillu peut changer de couleur. By lecates

L’incubation dure 8 à 9 semaines  A leur naissance, les jeunes sont déjà bien formés et indépendants. Ils se nourrissent de zooplancton. Moins de 80% d’entre  eux survivront aux différents dangers. Leur principal prédateur est l’anémone de mer.

Protection du dragon de mer

Les deux espèces sont protégées car très vulnérables. Plusieurs menaces pèsent sur elles.

Le dragon de mer fait l’objet d’un trafic à destination des aquariophiles fortunés ou à destination de l’Asie pour terminer comme ingrédient dans des remèdes soi-disant médicinaux.

Dragon de mer feuillu

Les dragons de mer sont protégés car très vulnérables. By sarahheiman

Très lents et sans défense, les plongeurs n’ont aucun mal à les récupérer pour en faire des bibelots pour touristes. Ils sont séchés puis enduits d’une couche argentée ou dorée.

V. Battaglia (15.11.2009)

Hippocampe

Références

Cousteau Jean Yves. Le dragon de mer. Hachette 1991
Helmut Debelius, Rudie H. Kuiter. Atlas mondial des poissons marins. Les Editions Eugen Ulmer 2007

< Poissons