Animaux < Mammifères < Sarcophilus harrisii

Diable de Tasmanie

Souvent appelé « le sarcophile satanique », le diable de Tasmanie (Sarcophilus harrisii) est le plus gros des marsupiaux carnivores.
Son allure n’a en fait pas grand-chose de diabolique. Unique représentant de son genre, le diable de Tasmanie est une espèce qui prospérait autrefois dans l'ensemble de l’Australie. Aujourd’hui, le diable est confiné sur la sauvage île de Tasmanie.

Le diable de Tasmanie : un bon petit diable

Ce diable ressemble plutôt à un ourson à poils ras. Ses proportions sont celles d’un petit chien. Cette référence au diable résulte de l’impressionnante mâchoire de l’animal. Le sarcophile peut ouvrir une gueule béante découvrant la formidable rangée de dents qui tapissent son palais rouge-orangé.

Diable de Tasmanie

Diable de Tasmanie en colère. By James Laurence Stewart

L’étrange feulement poussé par l’animal ne fait qu’accentuer la peur qu’il inspire.

Cri du diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie est nocturne. Charognard terrestre, il monte facilement aux arbres. Il a la réputation de défendre avec férocité son butin.

Diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie peut devenir familier. © dinosoria.com

Il peut également chasser des possums et des wallabies.

La légende veut qu’il soit méchant et colérique. Lors de l’installation des premiers colons en Tasmanie, les diables venaient chaparder dans les bourgs. Certains fermiers réussirent à apprivoiser des diables. Ils en firent des animaux de compagnie aussi affectueux qu’un chien. C’est l’un des rares marsupiaux carnivores à pouvoir être domestiqué. Ils se révèlent d’agréables compagnons, joueurs et fidèles. Domestiqués, ils changent totalement leurs habitudes nocturnes. Ils adorent l’eau et s’offrent volontiers des bains de soleil.

Sarcophilus harrisii

Le diable de Tasmanie s'apprivoise plutôt bien. By t3rmin4t0r

Des agriculteurs tasmaniens promenaient leurs diables en laisse à Melbourne. Aujourd’hui, l’heure est surtout à leur préservation dans des réserves naturelles.

Les marsupiaux carnivores

Herbivores ou carnivores, tous les marsupiaux se caractérisent par le marsupium. C’est cette poche externe où les jeunes embryons parachèvent leur développement.

Les doigts sont réduits et ont fusionné chez les herbivores. Chez les carnivores, ils sont en nombre et griffus.

Kangourous

Les kangourous sont les marsupiaux herbivores les plus connus. © dinosoria.com

Les marsupiaux carnivores sont les premiers marsupiaux qui sont arrivés en Australie. Il s’agissait sans doute de rats marsupiaux.

Wallabies

Wallabies. © dinosoria.com

Avec les fossiles trouvés sur la péninsule Antarctique et des études d'ADN, on a la preuve que les marsupiaux se sont répandus, il y a 65 à 100 millions d'années, depuis l'Amérique du Sud jusqu'en Australie via l'Antarctique, alors que ces continents étaient réunis.

souris marsupiale

Souris à miel, une souris marsupiale. © dinosoria.com

Les marsupiaux proliférèrent au détriment de la faune locale : les Monotrèmes qui comprennent aujourd'hui l'ornithorynque et les échinidés.

L’isolement de l’Océanie a favorisé le développement des Marsupiaux et leur diversification.

Les marsupiaux carnivores regroupent quatre familles :

  • Les Notorycidés : la taupe marsupiale (Notoryctes typhlops)
  • Les Myrmécobidés : fourmilier marsupial ou numbat (Myrmecobius fasciatus)

fourmilier marsupial

Un fourmilier marsupial. © dinosoria.com

  • Les Thylacinidés : Thylacine ou tigre de Tasmanie (Thylacinus Cynocephalus) qui est officiellement éteint depuis les années 30

Tigre de Tasmanie

Tigre de Tasmanie. (Domaine public)

Les Dasyuridés qui sont réparties en 15 genres différents : souris marsupiales, rats marsupiaux, chats marsupiaux ou le diable de Tasmanie

Chat marsupial

Chat marsupial (Dasyurus maculatus). © dinosoria.com

Portrait du diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie mesure 60 à 75 cm de long (mâle) pour un poids de 7 à 12 kg.
Sa fourrure varie du noir profond au gris foncé. Les oreilles, en principe pâles, deviennent rouges quand ils sont excités.

Le museau est pourvu de vibrisses sensitives. La truffe, toujours humide, constitue un organe olfactif important.

diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie possède un excellent odorat. By sanjoyg

La puissance des mâchoires est phénoménale pour un animal de cette taille. Il peut broyer les barreaux d’une cage larges d'un centimètre. Cette puissance est vitale pour un charognard.

En tant que charognard, il joue un rôle sanitaire non négligeable dans son environnement. Il peut également s’attaquer à des proies vivantes de la taille d’un agneau ou d’un wombat.

Diable de Tasmanie

Diable de Tasmanie en plein repas. By Pavel Sigarteu

Non territoriaux, les diables se répartissent selon des densités de 3 à 25 individus au km².
S’il le faut, ils peuvent parcourir jusqu’à 16 km par nuit pour chercher leur nourriture. Le diable a une endurance qui lui permet de courir 20 km en 2 h ½.

Un chasseur téméraire

Bien que principalement charognard, ce prédateur se nourrit également de mammifères et de serpents. Quand il réussit à surprendre une proie moyenne, il lui saute au cou et le mord avec la rage d’un pitbull.

Sa principale faiblesse réside dans sa vue médiocre. Il ne perçoit que les proies en mouvement. Mais, tout ce qui bouge l’attire y compris les poissons de surface.

Le diable de Tasmanie est un bon pêcheur

Le diable de Tasmanie est un bon pêcheur. By nicolas.boullosa

Amateur d’eau, il fréquente le bord des rivières et en profite pour happer quelques grenouilles.
Ces batraciens sécrètent une substance toxique au niveau de la peau. Le sarcophile a donc développé une technique appropriée. Il saisit la grenouille par les pattes, la frappe violemment contre le sol puis la frotte dans la terre pour la débarrasser du poison.

À la différence des nécrophages d’Afrique comme la hyène, il n’opère pas en groupe. Ses proies sont variées et il accepte de partager les plus grosses.

La reproduction du diable de Tasmanie

Comme tous les autres marsupiaux, le cycle de reproduction se caractérise par une très courte période de gestation, en moyenne 21 jours.

De véritables larves viennent au monde avant de rejoindre la poche maternelle.

Les partenaires se retrouvent en avril pour s’accoupler. Ils resteront ensemble une quinzaine de jours dans un terrier avant de s’unir. Peu après l’acte, la femelle devient très agressive pour chasser le mâle.

Diable de Tasmanie

Après l'accouplement, la femelle chasse le mâle. © dinosoria.com

De la taille d’un gros haricot, 20 grammes environ, deux à quatre petits diables naissent nus. Ils resteront accrochés à une mamelle environ 4 à 6 mois.
Après 15 semaines de croissance, dotés de fourrure, ils commencent à explorer leur environnement immédiat.

Bébés diables de Tasmanie

Bébés diables de Tasmanie. By tearsxintherain

Le sevrage est terminé au bout de 8 mois. Les jeunes goûtent alors à leurs premières charognes.

La maturité sexuelle est atteinte vers deux ans. Mâles et femelles entreprennent alors une vie solitaire d’errance.
La longévité d’un diable de Tasmanie ne dépasse pas 8 ans.

Maladie cancéreuse du diable de Tasmanie

Depuis les années 90 les diables de Tasmanie, souffrent d'une pathologie cancéreuse transmissible. La tumeur se transmet d'un animal à l'autre par contact.
Cette maladie tumorale de la face du diable de Tasmanie (DFTD) a décimé environ 60 % des effectifs.
Selon les chercheurs, sans traitement, ce marsupial pourrait disparaître d'ici cinquante ans.

En janvier 2010, dans un article publié dans la revue Science, des chercheurs australiens ont annoncé qu’ils avaient séquencé les gènes de cette maladie.
Ils espèrent pouvoir ainsi améliorer le diagnostic et le traitement de cette pathologie. En effet, qu'ils ont retrouvé dans toutes les tumeurs de la periaxine, une protéine spécifique exprimée par les cellules de Schwann. Ils annoncent que la periaxine pourrait être utilisée pour diagnostiquer la maladie et servir à la recherche d'un traitement.

D’après les études, la DFTD a depuis longtemps quitté son hôte initial et se comporte comme un parasite des marsupiaux.

La Tasmanie

Avec une superficie de 67 890 km², la Tasmanie est l’une des 30 plus grandes îles du monde. Découverte par Tasman en 1642, l’île est l’un des 6 états fédéraux australiens.
Le climat y est tempéré et humide. Les Tasmaniens natifs eurent moins de chance que leur faune. Ils furent exterminés après l’arrivée des colons. Truganina, la dernière tasmanienne, mourut en 1877.

Cotes de la Tasmanie

Côtes du sud de la Tasmanie. By AdamSelwood

Cette île est toute plissée et porte les traces des dernières glaciations.

La partie inscrite au patrimoine mondial est partagée en 22 réserves. La faune y est d’une importance mondiale.
Sur les 27 espèces de mammifères, 4 sont endémiques dont le diable de Tasmanie.

Classification : Animalia. Mammalia. Marsupialia. Dasyuromorphia. Dasyuridae. Sarcophilus

V.Battaglia & J. Parker (03.2005). M.à.J 01.2010

Tigre de Tasmanie . Tasmanie

< Mammifères