Home
Créationnisme. Le procès contre Darwin

La théorie de Darwin sur l’évolution des espèces est aujourd’hui entrée dans les mœurs. Mais, ce ne fut pas toujours le cas et il semblerait que le créationnisme fasse son grand retour.
Encore très récemment aux Etats-Unis, l’évolution des espèces était hors la loi. Ce procès qui eut lieu en 1925 a été baptisé « le procès du singe ».

On aurait pu penser que le créationnisme avait disparu mais si l'on en croit les derniers sondages, 40% des américains adhèrent à ce mouvement de pensée issu du fondamentalisme biblique.

Depuis que G.Bush a assuré publiquement, le 2 août 2005, son soutien à la « théorie » d’une origine divine de la vie, les créationnistes jubilent.
Le Président a été jusqu’à dire qu’il jugeait cette « théorie » digne d’être enseignée dans les écoles, au même titre que la théorie scientifique de Darwin.

 

 

Quand l’Homme ne veut pas être un animal

En mai 1925, John T. Scopes, professeur de physique, chimie et biologie, dans le Tennessee décide d’enseigner à ses élèves la théorie de Darwin.
Cette démarche peut sembler banale. Pas vraiment, car il est en train de braver la loi Butler votée la même année qui interdit dans les écoles publiques l’enseignement de toute théorie qui conteste la création de l’Homme par Dieu.

John T. Scopes

Après la Première Guerre mondiale, les Etats-Unis ont connu une poussée de conformisme religieux et une volonté de retour aux valeurs traditionnelles.
Cette volonté s’est traduite par la promulgation d’une série de lois qui peuvent paraître très rétrogrades.

La petite ville fondamentaliste où se déroule ce procès est le parfait exemple de l’état d’esprit de l’époque.

Le procès est en fait un combat du monde de la Lumière contre celui des Ténèbres ou du Bien contre le Mal.

Darwin contredit-il la Bible ?

Au procès, des scientifiques se sont succédés. Ils ont mis en avant que le savant naturaliste n’a jamais contredit le texte biblique.
En effet, affirmer que les espèces évoluent ne signifie pas nier la création divine d’origine.

Les défenseurs doivent faire attention car les douze membres du jury ne plaisantent pas avec la question de la foi.

Voici un extrait de l’accusation assez édifiant :

« Voici le livre qu’il faisait lire à vos enfants ; il leur apprenait que l’Homme est un mammifère tellement semblable aux autres mammifères qu’il le laisse parmi eux. Même parmi les éléphants !
Comment les scientifiques osent-ils mettre l’Homme dans un petit cercle comme ça avec des lions, des tigres et tout ce qui mauvais ? ».

Si cet extrait vous fait sourire, il est par contre certain que le public et les jurés adhéraient totalement à cette vision des choses. L’Homme ne pouvait être qu’une création divine ce qui lui octroyait la première place.

Le 21 juillet, l’accusé a été condamné à une amende d’une centaine de dollars car jugé coupable par le jury.
Un vice de forme a permis à l’accusé d’obtenir la cassation du jugement.

Mais, la loi anti Darwin n’a pas été remise en cause pour autant.

Le retour du créationnisme

Les créationnistes sont aujourd’hui plus subtiles qu’en 1925. Ils se rangent sous la bannière de « l’Intelligent Design », un mouvement né aux Etats-Unis il y a 40 ans.
Ce mouvement diffuse ses idées dans le monde, notamment en France, où il a ses adeptes, dont certains scientifiques.

Selon les créationnistes, la Bible est à prendre au pied de la lettre. L’univers a été créé en six jours il y a moins de 10 000 ans.
Ils interprètent les fossiles comme autant de vestiges d’avant le Déluge.

Certains d’entre eux soutiennent que d’autres catastrophes planétaires antédiluviennes pourraient être à l’origine de fossiles plus ou moins anciens. Il y aurait eu ainsi plusieurs créations successives d’espèces vivantes.

Mais, le fixisme, c’est-à-dire le caractère inchangé des espèces est la règle absolue.

Caricature de Darwin

Aujourd’hui, le créationnisme a donné naissance à un mouvement qui se veut officiellement plus rationnel : le néo-créationnisme.

Cette fois, le texte biblique n’est plus mis en avant comme unique vérité. Plus subtile, l’argumentation se concentre sur la critique des données et des analyses scientifiques afin de démontrer que la complexité du vivant ne peut qu’être l’œuvre d’un artisan divin, voire extraterrestre.

l’Intelligent Design rencontre un vif succès aux Etats-Unis. Il est plus discret dans les pays catholiques. Il est vrai qu’en 1996, le Pape Jean-Paul II a reconnu que la théorie de l’évolution est « plus qu’une hypothèse ».

En fait, la pensée créationniste française est assez différente. L’évolution des espèces n’est pas contestée mais elle serait dirigée par des forces mystérieuses.
L’univers serait en quelque sorte animé d’un « projet » le guidant vers un « point oméga », lequel ne serait rien d’autre que Dieu lui-même.

V.B (02.2004) M.à.J 12.2007

Références

Le "Procès du Singe", Les grands procès. Mémoire de l'Humanité. Editions Larousse 1995
Darwin Hérétique - L'éternel Retour Du Créationnisme; Lepeltier Thomas. Editions Seuil 2007

< Histoire