Home

Animaux < Reptiles < Serpents < Couleuvre d’Esculape . Elaphe longissima

Couleuvre d’Esculape

Parmi les plus grands serpents d’Europe, la couleuvre d’Esculape (Elaphe longissima) tient une place particulière dans l’histoire.
En effet, les Romains vénéraient la couleuvre d'Esculape et la conservaient dans leurs temples. Les malades y venaient nombreux pour interroger le serpent au sujet de leur guérison.
Ce rôle important que cette couleuvre a joué dans la symbolique et la mythologie a perduré jusqu’à nos jours.
Aujourd’hui encore, la couleuvre d’esculape est l’emblème de nos médecins.

La mythologie liée à la couleuvre d’Esculape

Selon une des versions du mythe, Apollon et Coronis, la fille du roi Phlégyas, attendaient un enfant.
Mais, pendant sa grossesse, Coronis tomba amoureuse d’un mortel avec qui elle eut une liaison.

Fou de rage et de jalousie, Apollon se vengea en mettant Coronis sur un bûcher après lui avoir enlevé l’enfant de son sein.

Un garçon naquit appelé Asclépios. Les Latins le baptisèrent Esculape.

Détail d'une frise du Parthénon (Acropole d'Athènes) exécutée par le sculpteur grec Phidias, représentant les dieux Apollon et Poséidon, et la déesse Artémis. By Travelinknu

Adoré par Apollon, Asclépios fut placé auprès du centaure Chiron qui devait lui servir de précepteur.
Mi-homme, mi-cheval, Chiron enseigna à l’enfant les arts, la morale et la médecine. Très doué, Asclépios devint un très habile médecin.

Devenu le dieu de la médecine, Asclépios fut réputé pour ses nombreuses guérisons mais également pour avoir ressuscité certains de ses patients dont notamment Hippolyte, fils de Thésée.

Hadès, dieu grec des Enfers et du royaume souterrain, porta plainte auprès de Zeus. Ses guérisons miraculeuses lui causaient un grand préjudice.
Si Asclépios pouvait ressusciter les morts, comment pourrait-il encore régner sur ce domaine.

Zeus écouta Hadès et foudroya Asclépios.

Asclepios

Statue d'Asclépios . Musée national archéologique d'Athènes . By Travelinknu

Pour venger la mort de son fils, Apollon tua les Cyclopes, artisans de la foudre. Pour ce crime, il fut condamné à s’exiler un temps auprès des mortels.

Mais Zeus comprit plus tard qu’il avait commis une erreur. Asclépios était un bienfaiteur des hommes.
Pour racheter son erreur, il fit d’Asclépios un dieu et le plaça parmi les étoiles sous la forme de la constellation du Serpentaire.

L'Education d'Achille par le centaure Chiron, Paris, Louvre

Ophiuchus, également nommé le Serpentaire, est une constellation de l'hémisphère nord. Représentant un homme portant un serpent à bout de bras, le Serpentaire divise la constellation du Serpent en deux parties : la tête et la queue.

Le Serpentaire

Les Romains lui consacrèrent plusieurs temples dans lesquels les prêtres faisaient office de guérisseurs.
Un peu comme à Lourdes, les malades venaient prier le dieu pour obtenir leur guérison.

Esculape est souvent représenté avec un serpent. Pour les anciens Grecs, le serpent, fils de la Terre, est doté d’un pouvoir de guérison et de divination.

Esculape et les temps modernes

En 1798, un arrêté français stipula que les boutons des uniformes des officiers de santé de la Marine devaient être ornés d’un serpent enlaçant une ancre.
L’ancre fut ensuite remplacée par une baguette et c’est ainsi que naquit « le serpent d’Esculape ».

Les caducées de nos médecins et de nos pharmaciens ont conservé cette symbolique. Le caducée se compose d'un faisceau de baguettes autour duquel s'enroule le serpent d'Esculape, et que surmonte le miroir de la Prudence. Cet emblème, dont on retrouve déjà la trace quelques millénaires avant notre ère, symbolise l'énergie et la fécondité par l'équilibre des forces contraires, mais aussi la supériorité de l'esprit sur le corps.

La couleuvre d’Esculape est portée vivante lors de la procession des serpents à Cucullo, en Italie.

Portrait de la couleuvre d’Esculape

De par la mythologie, on a longtemps pensé que les Romains avaient introduit cette couleuvre des régions chaudes en Europe centrale. En fait, elle est distribuée en Europe en fonction de la chaleur. Elle aime le soleil et les zones sèches, les endroits couverts de broussailles.

On la rencontre du nord de l’Espagne au sud de la Pologne. En région parisienne, on la trouve en forêt de Fontainebleau par exemple et dans l’ensemble du centre du pays.

Couleuvre d'esculape

Elaphe longissima. By Mcwetboy

Quand la température le lui permet, la couleuvre d'Esculape monte jusqu'à 1800 m en zone montagneuse. Elle est exclusivement européenne, si ce n'est une incursion en Turquie, le long des côtes de la mer Noire.

De coloration gris vert, brun jaunâtre, brunâtre ou gris noir, la couleuvre d'Esculape mesure en moyenne entre 1,40 à 1,60 m mais peut atteindre 2 m de long.
Cette couleuvre se complaît dans les broussailles mais monte également très bien aux arbres.

Elaphe longissima

By Lasse Havelund . (Site de l'auteur)

La fuite, assez rapide contraste avec sa lenteur habituelle. Si on essaie de l'attraper, la couleuvre peut mordre; toutefois, sa morsure ne présente aucun danger pour l'homme. Ce n’est pas un serpent agressif.

Elle ne fréquente pas souvent l'eau, mais peut se baigner pour se rafraîchir quand le soleil est trop fort.

Elaphe longissima

Elaphe longissima . By Lasse Havelund

Elle hiberne de 5 à 6 mois selon le climat. Comme toutes les couleuvres de France, cette espèce est protégée.

Alimentation et reproduction

Pour se nourrir, elle recherche tout particulièrement les oisillons dont elle est très friande. Sinon, son menu se compose de petits rongeurs et de lézards.
Après avoir étouffé sa proie, elle l'avale en commençant toujours par la tête.

Ovipare, la femelle pond en juillet de 5 à 10 œufs. Les serpenteaux naissent en septembre. Au moment de la parade nuptiale, les mâles s’affrontent lors de combats fictifs pour évaluer leur force.
Le plus puissant remporte la victoire sans blessure.

Classification : Animalia. Vertebrata. Reptilia. Squamata. Colubridae. Colubrinae. Elaphe

V.Battaglia (20.11.2006)

Références principales

Reptiles, éditions Proxima 2001
Serpents, Nigel Marvin et Rob Harvey, éditions Solar 1996
Grand guide encyclopédique des serpents, éditions Artémis 1999

< Serpents