Home

Toujours en usage dans de nombreux peuples, la circoncision est un rituel qui remonte bien avant l’apparition des premières religions monothéistes. La plus ancienne représentation connue de la circoncision orne un tombeau de Saqqarah, en Égypte, et remonte à environ 2300 ans avant notre ère.

On ne connaît pas la raison d’être à l’origine de la circoncision. Par contre, cette pratique est un rite religieux essentiel dans le judaïsme, ou elle est le signe de l’alliance du peuple de Dieu avec Yahvé.

La circoncision est également pratiquée au sein de l’Islam. Non obligatoire, elle constitue une étape initiatique à l’orée de la vie adulte.

La circoncision de Jésus n’a jamais été réfutée par l’Église bien que cette pratique ait été abandonnée.
Enfin, précisons que la circoncision peut également être réalisée pour des raisons d'hygiène, voire médicales, l'ablation du prépuce évitant l'accumulation de sécrétions sous le prépuce, parfois source d'infections.

La circoncision dans l’Égypte ancienne

Sur le tombeau du noble Ankhmahor à Saqqarah, figure la représentation d’un garçon, debout, qui est opéré par un prêtre.
Ce dernier incise le prépuce à l’aide d’un couteau de silex ovale. Ensuite, un personnage enduit la blessure d’un onguent.

Circoncision sous l'ancienne Egypte

Bas-relief du tombeau d'Ankhmahor. © dinosoria

Le temple de Mout, à Karnak, montre une scène identique. Mais, cette fois, il s’agit du futur pharaon Thoutmosis IV.

Couteau de circoncision

Couteau de circoncision avec la figure du dieu Anubis (Paris, musée du Louvre) . © dinosoria

Tous les pharaons ne subissaient pas la circoncision. Cette dernière n’avait pas lieu après la naissance mais à partir de l’âge de 10 ans.
Cette pratique touchait toutes les classes sociales mais sans être systématique.

Elle est ensuite devenue obligatoire pour les prêtres, principalement pour des raisons de pureté rituelle.

Couteaux pour la circoncision

Couteaux utilisés pour la circoncision. Musée Afrcain. By Erin . (CC BY-NC-ND 3.0)

Nous ne savons pas pourquoi les Egyptiens ou les peuples du Proche-Orient pratiquaient la circoncision. S’agissait-il d’un rite magique, d’une cérémonie tribale, d’un rituel de fertilité masculine ou d’une intervention destinée à prévenir les maladies infectieuses ?

Circoncision et christianisme

On prête à Saint Paul d’être à l’origine de l’abandon de la circoncision, contre l’avis des judéo-chrétiens.
Jusqu’en 1970, la Circoncision de Jésus était une fête catholique pratiquée le 1er janvier.
Le Saint-Prépuce fut d’ailleurs une relique vénérée.

Dans le Nouveau Testament, Luc, l’un des quatre évangélistes évoque la circoncision du Christ. (II:21) :

« Et lorsque furent accomplis les huit jours pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom indiqué par l’ange avant sa conception. »

La Circoncision de Jésus

La Circoncision de Jésus (fresque de Jean Canavero, XVe siècle, église Notre-Dame-des-Fontaines. © dinosoria

Par contre, dans les Épîtres de Saint Paul, la circoncision est remise en cause :

« La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien; ce qui compte, c’est de garder les commandements de Dieu. » (Corinthiens, VII:19).

L'Église chrétienne copte pratique toujours le baptême par immersion et avec la circoncision.

La circoncision chez les Hébreux

Pour les Hébreux, la circoncision est un véritable acte religieux. Cet acte est accompli pour obéir à Dieu et s’affirme également comme le signe de l’appartenance à une nation.
Dans un passage de l’Ancien Testament, rédigé à la fin du Vie siècle avant notre ère, Dieu ordonne à Abraham, premier patriarche, de faire circoncire à l’âge de huit jours tous les nouveau-nés mâles de son peuple.

L’opération qu’il exige consiste à enlever le prépuce c’est-à-dire la peau mobile qui recouvre le gland de la verge.

L’emploi d’un couteau de silex est recommandé dans un autre texte de la Bible : »Fais-toi des couteaux de silex et remets-toi à circoncire les fils d’Israël ».
Cela démontre que la circoncision remonte à une époque où l’on ne connaissait pas le métal, c’est-à-dire la préhistoire.

Circoncision

Circoncision représentée sur le vitrail d'un cloître. By Audrey Sol . (CC BY-NC-ND 3.0)

C’est le père de famille qui doit se charger de l’opération. En principe, la mère ne doit pas assister à l’intervention.

Grâce à d’autres textes hébreux, on sait que plus tard, la circoncision est confiée à un spécialiste appelé mohel lors de la cérémonie dite Berith mila (communément écrit brith mila). Berith signifie « alliance » en Hébreux.
Le mohel incise le prépuce et le déchire puis étanche le sang qui coule en le suçant. Enfin, il applique sur la plaie un emplâtre à base d’huile, de vin et de cumin.
Le couteau en silex a été remplacé par un couteau en métal.
Des prières accompagnent le rituel.

Cérémonie du Berith mila

Cérémonie du Berith mila. © Encyclopédie Larousse

Ce rituel qui vient du fond des âges est devenu pour les Hébreux une alliance entre Dieu et le peuple élu.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la circoncision est devenue ce symbole pendant l’exil des Hébreux à Babylone.
Ils viennent alors au milieu de peuples qui ne pratiquent pas la circoncision. Cette intervention marque alors leur différence et leur appartenance à la nation juive.

C’est d’ailleurs après l’exil, à la fin du VIe siècle avant notre ère, qu’est rédigé le texte dans lequel Dieu annonce que la circoncision sera le signe de l’alliance avec son peuple.

Instruments de circoncision

Instruments de circoncision de l'hôpital Juif de Berlin. By Checco . (CC BY-NC-ND 3.0)

Le symbolisme de cette intervention est si fort que les Hébreux sont prêts à risquer leur vie pour la pratiquer malgré les interdictions.
Mais, toutes les répressions n’ont jamais fait disparaître cette pratique millénaire.

Après l’émergence du christianisme, la circoncision a permis de différencier les fidèles de la nouvelle religion des adeptes du judaïsme.

La circoncision et l’Islam

Appelée khitan en arabe, la circoncision n’est pas préconisée par le Coran. Cependant, elle est largement pratiquée dans la plupart des pays musulmans.

Contrairement aux Hébreux, cette pratique est plus assimilée à l’entrée du jeune garçon dans le monde des adultes ainsi que dans la communauté des croyants qu’à un rituel religieux.
Nul besoin d’être circoncis pour être musulman.

Ce rituel « initiatique » est accompagné d’une grande fête, mais d’aucune prière. L’âge de l’enfant au moment de l’intervention est très variable, du jour même de la naissance à 7 ou 8 ans.

V.Battaglia (19.04.2007)

Références

Malek Chebel. Histoire de la circoncision, Perrin.
La circoncision chez les Hébreux, Mémoire de l’humanité, éd. Larousse 1995
Sami Aldeeb Abu-Sahlieh, Circoncision. Le complot du silence, éd. L'Harmattan, 2003