Home

Enigmes <Faits divers < Chupacabras

Chupacabras

Depuis décembre 1994, l’île de Porto-Rico est le théâtre d’une importante vague d’OVNIS, mais aussi, d’apparitions d’étranges créatures, surnommées Chupacabras (suces-chèvres).
Ce surnom leur a été donné car on accuse ces créatures de s’attaquer aux animaux (vaches, chèvres, lapins, chiens, chats …) et de les vider de leur sang.

Des milliers d’animaux ont ainsi été tués à travers l’île. Les autorités portoricaines affirment qu’il s’agit de l’œuvre de prédateurs locaux ou exotiques introduits illégalement dans l’île.

Cependant, les nombreux cas et leurs caractéristiques étranges semblent dépasser le cadre d’attaques par des prédateurs connus.

D'autres attaques attribuées aux Chupacabras, notamment aux Etats-Unis, ont pu être résolues.

Analyse des attaques

Certains détails sont assez troublants. Les animaux portent de nombreuses blessures constituées de trous circulaires d’un diamètre variant entre 0,6 cm et 1,25 cm, qui vont par paires ou sont disposés en triangle, pénétrant très profondément dans le cou ou juste sous la mâchoire.
La régularité de ces blessures est difficilement compatible avec l’attaque de prédateurs.

Ce qui est encore plus intrigant c’est que l’on ne retrouve aucune marque sur le côté opposé des blessures, ni même la trace d’une quelconque pression.
Or quand un carnassier mord le cou de sa proie, la pression des mâchoires s’exerce des deux côtés.
De plus, il n’y a aucune trace de griffes comme cela devrait être le cas en cas d’attaque d’un prédateur.

Les analyses effectuées sur les cadavres ont indiqué que « quelque chose » était introduit dans le corps, et qui a une longueur de 7,5 cm à 12,5 cm.
Ce « quelque chose » semble cautériser les bords de la plaie. De plus, les autopsies ont montré que les traces circulaires en triangles pénètrent très profondément, jusqu’au foie des victimes.

Sur certains animaux, on a relevé des blessures de 2,5 à 30 cm de diamètre sur le cou, le poitrail, le ventre et la zone anale. Ces blessures paraissent avoir été faites avec un instrument de précision, du type scalpel.
Certains organes ont été prélevés comme le foie, les organes reproducteurs, l’anus ou les yeux.

Enfin, un autre fait troublant : les animaux ne présentent aucune rigidité cadavérique.

Ces différents éléments rappellent les cas de mutilations sur le bétail aux Etats-Unis.

Description des chupacabras

Si l’on exclut l’hypothèse des prédateurs ou charognards, que doit-on en conclure ?

Je laisse de côté la théorie des hybrides issus de deux races extra-terrestres soutenue par certains. Cette hypothèse est vraiment trop fantaisiste et étayée par aucune preuve.

La description des chupacabras fait par des témoins ne semble pas non plus très fiable. Je vous laisse juge :

  • Tête ovale à la mâchoire proéminente
  • Yeux de grande taille et de couleur rouge
  • Bouche petite avec des crocs saillants
  • Corps couvert d’une fourrure épaisse qui posséderaient des capacités mimétiques
  • Deux bras terminés par des mains à trois doigts pourvus de griffes
  • Jambes puissantes terminées par des pattes à trois griffes

D’autres témoins ont ajouté des éléments :

  • Longues épines membraneuses le long du dos
  • Des sortes d’ailes faites de tissus membraneux

Il semble difficile de croire qu’une seule créature puisse réunir tant de caractéristiques antinomiques.

Il faut également signaler que selon certaines sources, deux chupacabras auraient été capturés au début du mois de novembre 1996 par des officiers gouvernementaux portoricains et américains. Ils étaient vivants et auraient été emmenés aux Etats-Unis.
Cette information demanderait cependant à être validée.

Enfin, les chupacabras ont récemment commencé à se manifester en Californie, au Texas, en Floride et au Mexique.

Des attaques de Chupacabras résolues

Le Texas a été le théâtre d’étranges attaques dans le courant de l’année 2007. De nombreuses volailles ont été tuées et vidées de leur sang.
Mais, cette fois-ci, une preuve a pu être analysée. En effet, des fermiers ont découvert les cadavres d’animaux qu’ils ne purent identifier.
Outre quelques photos, ils ont eu la bonne idée de mettre une tête dans un congélateur.

Cette tête a été autopsiée et les résultats sont indiscutables. Il s’agit de la tête d’un coyote.

Si les fermiers, habitués à rencontrer des coyotes, n’ont pas su identifier au premier coup d’œil les cadavres, c’est parce que ces animaux souffraient d’une maladie appelée gale sarcoptique.
C’est une maladie parasitaire qui provoque des lésions cutanées importantes et la perte des poils.

Un cas identique s’était déjà produit en 2004, toujours au Texas.

Il semble évident, étant donné que d’autres animaux glabres ressemblant à des canidés ont été aperçus dans le même Etat, que la population de coyotes souffre de cette maladie.

Théories sur les Chupacabras

Concernant Porto-Rico, il peut s’agir d’un animal non identifié mais les particularités des blessures laissent penser à une intervention humaine. Il reste à découvrir les motifs de ces mutilations.

L'affaire de l’île de Porto-Rico est très différente et ne peut pas être comparée avec les autres attaques qui se sont produites aux Etats-Unis.

Le nombre total d'attaques est trop important pour qu'une seule hypothèse soit retenue. Dans certains cas, il s'agit très certainement d'attaques d'animaux sauvages relâchés dans la nature par leurs propriétaires.

Des détraqués se sont également certainement inspirés des faits-divers pour reproduire à l'identique certaines mutilations.

La théorie relative à des sectes sataniques a été avancée concernant les mutilations de bétail aux Etats-Unis mais elle ne semble pas être la bonne car aucune secte satanique n'a été détectée dans les zones où les mutilations se produisent toujours actuellement.

V.Battaglia (4.08.2005). M.à.J 09.2007

Mutilation de bétail

Bibliographie

L’Inconnu # 247. Strange Days # 2. The Big Book of the Unexplained

< Enigmes Faits divers