Home

Chien de mer

Sous l’appellation « chien de mer » ou squales, on trouve un grand groupe composé d’environ 115 espèces.
Ce groupe, très diversifié, compte des requins de toutes tailles aux formes les plus variées.

Parmi les chiens de mer, on compte l’un des plus petits requins du monde : l’émissole commune (Mustelus mustelus). . Cependant, c’est un véritable requin dont il a les formes hydrodynamiques caractéristiques.

L’aiguillat commun est l’espèce la plus répandue parmi les chiens de mer.

 

 

Habitat du chien de mer

Les chiens de mer sont des requins de fond qui appartiennent à l’ordre des carcharhiniformes. Quelques chiens de mer ne dépassent pas 20 à 30 cm de longueur à l’âge adulte.

Il existe de nombreuses espèces dont le chien de mer marbré (Atelomycterus macleayi), le chien tacheté (Asymbolus analis) ou le chien à taches noires (Aulohalaelurus labiosus).

Emissole commune . © L. Mertien

Vivant essentiellement sur le plateau continental et la pente supérieure du talus jusqu'à une profondeur d'environ 450 m, l’émissole commune se tient le plus souvent sur les fonds vaseux, sablo-vaseux et couverts d'herbiers. On rencontre ce requin le plus fréquemment de 5 à 50 m de profondeur, où il se nourrit surtout de crustacés et sans doute de petits poissons qu'il capture la nuit. Il est absolument inoffensif pour l'homme.

Chien de Tasmanie . © F Bavendam

Quelques chiens de mer sont océaniques.

Le chien tasmanien (Asymbolus vincenti) vit dans les eaux côtières d’Australie et de Tasmanie. Sa robe marron foncé est mouchetée de blanc.

Portrait du chien de mer

Les chiens de mer ont une alimentation très variée : poissons osseux, autres squales, céphalopodes, crustacés et autres invertébrés.
Les membres les plus grands de la famille dévorent également des petits mammifères marins.

La plupart des chiens de mer ont un foie énorme riche en huile hépatique. L’un des constituants de cette huile, le squalène, est une substance chimique utilisée dans l’élaboration de produits de beauté ou de médicaments.

Chien de mer marbré . © Gérard Soury

Le corps élancé, la tête très déprimée dotée d'un long museau arrondi, l’émissole commune est reconnaissable à son dos et à et à ses flancs gris uni, ainsi qu'à son ventre blanc crème. La plupart du temps, il ne porte pas de points blancs sur les flancs, ni de taches noires.

Les chiens de mer du genre Asymbolus (chien de mer tacheté, chien de mer tasmanien) ont une livrée qui n’est pas uniforme. La robe est parsemée de mouchetures afin de faciliter le camouflage sur les fonds rocheux, sableux ou riches en algues.

Nocturne, le chien de mer possède un organe amplificateur de lumière, le tapetum lucidum, situé en arrière de la rétine.

Gros plan sur un oeil d'un chien de mer marbré. © Gérard Soury

Le chien de mer marbré est un prédateur benthique par excellence. Il arbore d’ailleurs une tenue de camouflage qui accroît sa furtivité.

Les chiens de mer ont, à l’avant de chaque nageoire dorsale, des épines acérées dotées de glandes venimeuses. Elles servent à dissuader les prédateurs.

Répartition géographique et pêche

Assez commun en mer Méditerranée et sur les côtes de l'Atlantique nord, il fait l'objet d'une pêche semi-industrielle en Méditerranée occidentale, en Sicile et dans l'Adriatique. Ailleurs, on le pêche artisanalement. Cependant, toutes pêcheries confondues, on capture chaque année 11 000 t d'émissoles de toutes espèces.

On capture ces requins, en particulier l’aiguillat commun, aux filets ou à la palangre profonde, pour consommer leur chair.

Aiguillat commun. Crédit NOAA

Leur répartition est plus large que celle des autres requins. Plusieurs espèces se rencontrent dans toutes les mers, de l’Arctique à la zone sub-antarctique.

Reproduction

Le chien de mer est un vrai squale vivipare. On trouve en effet dans l'utérus de la femelle des jeunes entièrement formés au nombre de 2 à 20 (exceptionnellement 40), de taille et d'âge différents, si bien qu'ils ne naissent pas tous en même temps.

Le temps de gestation est d'environ dix mois, et la grande différence entre les poissons vivipares et les mammifères est que les poissons n'ont ni lait ni placenta.

V.Battaglia (01.09.2006)

Aiguillat commun

Références

Requins en liberté G.Soury 2002. Requins D.Perrine 2000. Les Requins J.D.Stevens 1989

< Les espèces de Requins