Home

Chèvre des montagnes Rocheuses

La chèvre des montagnes rocheuses (Oreamnos americanus) est un caprin (Caprinae) qui mène une vie difficile dans les montagnes inhospitalières nord-américaines.
Malgré son nom, cette chèvre n’est pas issue de la chèvre sauvage (Capra aegagrus).
Après avoir mise en péril l’espèce, la chasse de la chèvre des montagnes rocheuses est aujourd’hui très réglementée.

Portrait de la chèvre des montagnes rocheuses

Cette chèvre se distingue par sa belle robe blanche  Cette robe comporte de longs poils qui descende sur la croupe et jusqu’aux genoux.

chèvre des Rocheuses

Chèvre des montagnes rocheuses © dinosoria.com

Elle possède une petite barbe et des cornes noires assez courtes.
Ces cornes, longues de 20 à 30 cm, sont présentes chez les deux sexes.
Au fur et à mesure que l’individu grandit, des anneaux de croissance se forment au niveau des cornes. L'âge de la chèvre peut donc être déterminé en comptant le nombre d'anneaux annuels de croissance.

Chèvre

Oreamnos americanus. By Chuqui . (CC BY-NC-ND 3.0)

Les cornes du mâle, un peu recourbées vers l’arrière, sont plus grandes que celles de la femelle.
Un mâle pèse entre 60 et 82 kg environ et une femelle entre 56 et 71 kilos environ.

Note: il existe une grande différence concernant le poids selon les ouvrages. Le poids maximum de 140 kg apparaît dans plusieurs références bibliographiques. Cette information est donc à vérifier.

Habitat et mode de vie

Ces chèvres évoluent dans les régions montagneuses de l’ouest du Canada et dans plusieurs Etats des Etats-Unis : Montana, Idaho, Dakota, Colorado et Washington (État du nord-ouest des États-Unis). Il est à noter qu’elles ont été volontairement introduites dans les trois derniers Etats.

Cette chèvre grimpe sur les pentes gelées et fréquente les pourtours des glaciers. Il n’y a guère que le puma pour la suivre sur les hauteurs et la menacer.
Les aigles sont une menace pour les jeunes.

Chèvre des rocheuses

By Digapony . (CC BY-SA 3.0)

En hiver, elles descendent à plus faible altitude pour se nourrir.

Les caprinés sont des herbivores ruminants.

Leur régime alimentaire varie selon les saisons. Il se compose essentiellement d’herbes, de lichens, de mousses et d’autres herbacés.
Elles boivent peu car leur alimentation contient suffisamment d’eau.

Au printemps, le renouvellement du pelage accroît sensiblement leurs besoins en sels minéraux. Elles lèchent alors les rochers humides.

Oreamnos americanus

Oreamnos americanus . © dinosoria.com

Le degré de sociabilité des chèvres des montagnes rocheuses évolue tout au long de l’année. En hiver, des groupes assez importants se forment, alors qu’en été les chèvres se dispersent en petits groupes ou en solitaire.

Une certaine hiérarchie existe au moment de l’accouplement. Les femelles adultes sont souvent dominantes, puis viennent les mâles adultes et les juvéniles.

Chèvre des montagnes Rocheuses

By Brimley. (CC BY-NC-ND 3.0)

Elles sont actives le matin et en fin de journée afin de s’alimenter. Elles creusent des cavités dans le sol de 25 à 50 cm pour s’y reposer l’après-midi et la nuit.

Reproduction

Pendant la période des amours, d’octobre à décembre, les mâles frottent contre les arbres les glandes odorantes situées  à la base des cornes. L’odeur musquée est très prononcée. Ils marquent également leur présence en urinant.

Les mâles se manifestent près des groupes de femelles dès septembre. Mais, ce n’est qu’à partir d’octobre que les femelles prêtes pour l’accouplement répondent à leurs avances.

Chèvre et son petit

Une mère et son petit. © dinosoria.com

Le mâle fait une cour assez sommaire. Il lèche la robe de la femelle et lui donne des petits coups de tête et de sabots dans les flancs.
La principale cause de mortalité provient des combats très violents auxquels les mâles se livrent pendant la période de rut.

La gestation est d’environ 150 à 180 jours et 1 à 3  cabris naissent entre mai et juin. Pour mettre bas, la femelle quitte la harde et part à la recherche d’un endroit peu accessible aux hommes et aux prédateurs.
La femelle va s’occuper avec beaucoup d’attention de ses jeunes.

Chèvre des rocheuses

By Jessicafm . (CC BY-SA 3.0)

Précoces, les cabris se dressent sur leurs pattes quelques heures après leur naissance. Ils sont sevrés au bout de 3 ou 4 mois.
Mais, ils restent avec leur mère jusqu’à la prochaine saison de reproduction. La mère est d’ailleurs obligée de les chasser vigoureusement afin de pouvoir mettre bas la portée suivante.

La maturité sexuelle est atteinte vers 2 ans ½ chez les deux sexes.

Chèvre et son bébé

Une chèvre et son cabri. © dinosoria.com

Dans leur environnement naturel, leur espérance de vie est de 12 à 15 ans. En captivité, ils peuvent vivre jusqu’à 20 ans.

Protection de la chèvre des montagnes rocheuses

Cette chèvre n’est pas chassée pour sa chair qui n’est pas très bonne mais uniquement pour le sport.
Cette chasse a dû être réglementée car les effectifs déclinaient dangereusement. Aujourd’hui, les populations restent stables.

chèvre des Rocheuses

By PDX dj . (CC BY-NC-ND 3.0)

Dans les régions où elles ont été introduites, ces chèvres causent des dommages à la végétation.
C’est notamment devenu un problème dans le parc national de Yellowstone. De plus, parasitées, elles apportent des maladies qui contaminent les espèces locales.
Si dans certaines régions, les populations progressent au point qu’il faut les réguler, dans d’autres les effectifs diminuent lentement sans que l’on sache vraiment pourquoi.
Dans l’Etat de Washington, des individus ont été munis de balises afin de mieux connaître leurs déplacements dans la chaîne des Cascades et savoir pourquoi les populations ne progressent pas.

Classification: Animalia. Vertebrata. Mammalia. Artiodactyla. Bovidae. Caprinae. Oreamnos

V.Battaglia (08.11.2007)

References

MacDonald, Dr. David. 1984. The Encyclopedia of Mammals. Equinox (Oxford).
Parker, Sybil P . 1990. Grzimek's Encyclopedia of Mammals, Vol 5. McGraw-Hill Publishing
Lemke, T. 2004. Origin, expansion, and status of mountain goats in Yellowstone National Park. Wildlife Society Bulletin, 32/2: 532-541.
Encyclopédie Larousse des Animaux 2006

< Mammifères