Home

Chaise électrique

Ce sont les enjeux financiers liés aux applications de l’électricité qui ont provoqué l’une des pires inventions : la chaise électrique.
Si Thomas Edison est surtout connu pour ses différentes inventions, il est par contre moins célèbre pour être l’initiateur de la peine de mort par électrocution.
L’invention de la chaise électrique illustre parfaitement le proverbe « la fin justifie les moyens ».
Effectivement, Edison n’a pas hésité à promouvoir  un nouvel instrument de mort et à être à l’origine de sept exécutions complètement ratées et tout cela dans le seul but d’anéantir commercialement son principal concurrent.

Courant continu ou courant alternatif ?

En 1882 la « Edison Electric Light Company » de Thomas Edison fonde la première centrale électrique du monde.
En fait,  Edison n’a pas inventé le générateur (autrefois appelé dynamo) mais a développé le générateur à courant continu.

En parallèle, Nikola Tesla a développé le générateur à courant alternatif. Tesla travaillait pour la Continental Edison Company en France.

En 1882, Edison illumine le quartier de Wall Street de Manhattan.

Thomas Edison

Thomas Edison en 1901 . Library of Congress

En 1886, George Westinghouse, un ingénieur à qui on doit le frein à air comprimé, fonde sa compagnie d’électricité et rachète bon nombre de brevets.
Il apporte son appui à Nikola Tesla.
Contrairement à Edison, Westinghouse est un fervent défenseur du courant alternatif.
Pour contrecarrer Edison, Westinghouse éclaire la ville entière de Great Barrington.

Nikola Tesla

Nikola Tesla en 1896. (DP)

La guerre financière et commerciale s’engage donc entre les deux hommes. Les enjeux financiers sont colossaux puisqu’il s’agit de moderniser tous les équipements domestiques et industriels des Etats-Unis.

George Westinghouse

George Westinghouse. Library of Congress

Edison est d’autant plus vindicatif que le courant alternatif est reconnu comme beaucoup plus économique et nettement supérieur pour les applications à grande échelle.

Pour ne pas déposer le bilan, Edison doit donc prouver que le courant continu est supérieur.

Opération commerciale

L’idée qui germe dans le cerveau d’Edison n’est ni plus, ni moins qu’une vaste opération commerciale destinée à vendre son produit.
Il s’agit d’une idée plutôt macabre puisqu’il contacte Harold Brown, qui est le dessinateur et l’inventeur de la chaise électrique.

Edison a en fait profité d’un débat qui porte sur un procédé « plus humain » que la pendaison pour exécuter les condamnés.
Il est vrai qu’au même moment plusieurs pendaisons ratées soulèvent l’indignation d’une partie de la population.

Thomas Edison

Thomas Edison en 1912. Crédit: Chicago Daily News negatives collection, DN-0003451. Courtesy of Chicago History Museum

Brown et Edison s’engagent dans une campagne par voie de presse  afin de démontrer que le courant alternatif est dangereux pour les usagers.

Mais, ces communiqués ne suffisent pas et ils décident de passer à la démonstration.

Les premiers condamnés à l’électrocution

Durant l’année 1887, Brown et Edison entreprennent une grande tournée aux Etats-Unis pour démontrer à la population que le courant continu est bien moins dangereux que le courant alternatif.

Comme d’habitude, ce sont des animaux qui vont faire les frais de la démonstration. Des chapiteaux sont installés et de pauvres chiens, chats et chevaux sont électrocutés devant la foule et des journalistes.

Le but de ce show macabre est de prouver qu’un animal peut survivre à une décharge de 1000 volts de courant continu alors qu’il meurt avec une décharge de moins de 300 volts de courant alternatif.

Cette « magnifique » tournée se termine à Columbia où les deux hommes ont organisé une conférence de presse.
Le clou du spectacle est l’électrocution d’un chien d’environ 40 kg par une décharge de courant alternatif.

Ainsi, Edison essaye de prouver que le courant continu est le seul procédé fiable et sans danger pour l’équipement domestique et industriel tandis que le courant alternatif peut être utilisé pour tuer.

Naissance de la chaise électrique

L’ironie de l’histoire, c’est que Edison s’est toujours prétendu contre la peine de mort. Ce militant abolitionniste a vite oublié ses idéaux quand il a déclaré devant une commission que la mort par électrocution était sans douleur.
La condition sine qua non était bien sûr d’utiliser le courant alternatif.

En 1888, Brown a mis au point sa chaise électrique. Afin d’appuyer les assertions d’Edison, une grande exécution est organisée devant les législateurs.

Chaise électrique. 1890

La première chaise électrique qui a été utilisée pour exécuter William Kemmler en 1890. (DP)

Cette fois-ci ce sont des orangs-outans qui font les frais de l’obstination du « génial » inventeur.
Les pauvres primates, simplement coupables d’être proches de la morphologie humaine, sont condamnés à la chaise électrique.
Le courant alternatif est bien sûr utilisé.

Après délibération des médecins qui se déclarent satisfaits du procédé, la Cour Suprême des Etats-Unis décide que ce procédé ne contredit pas les amendements de la Constitution interdisant « les punitions cruelles et inhumaines ».

Edison jubile car bientôt le courant alternatif deviendra synonyme de mort.

Chaise electrique

Chaise électrique de la prison de Sing-Sing . (DP)

La première exécution par électrocution se déroule le 6 avril 1890. William Kemmler est mis à mort devant une vaste assemblée réunissant des médecins et de nombreux scientifiques.

La première chaise électrique est une grande chaise en bois. Deux fils électrique partent d’un tableau pour aboutir à des électrodes humidifiées.

Un casque métallique est placé sur la tête du condamné. On lui envoie une décharge de 300 volts pendant 17 secondes.
A l’issue de ce supplice, Kemmler était toujours vivant. Aucun problème, on lui envoie une seconde décharge qui a pour conséquence de carboniser son dos mais aussi son cerveau et de coaguler son sang.

Très pragmatiques, les médecins déclarèrent que le condamné n’avait nullement souffert.

Le progrès venait de pénétrer dans les couloirs de la mort.

Chaise electrique. 1927

1927. Inspection de la chaise electrique avant une exécution à Chicago. Crédit: Chicago Daily News negatives collection, DN-0003451. Courtesy of Chicago History Museum.

Malgré tous ses efforts, Edison ne put jamais empêcher son concurrent d’avoir la préférence des industriels car le courant alternatif fournit une force électromotrice supérieure à celle du courant continu.
Nikola Tesla est le véritable précurseur et génial inventeur de l’ère moderne du « tout-électrique ».

Et comme parfois, il y a quand même une justice en ce monde. Edison est mort ruiné en 1931.

V.Battaglia (19.01.2010)

Liens et références

The history of the electric chair
Moran, Richard. Executioner's Current. Thomas Edison, George Westinghouse and the Invention of the Electric Chair. Alfred A. Knopf, New York, 2002

< Histoire