Home

Mission réussie pour la sonde Stardust

La capsule de la mission américaine Stardust s'est posée le 15 janvier 2006 dans le désert de l'Utah. Elle ramène des échantillons de poussières d'une comète afin de mieux comprendre la formation du système solaire.

Il aura fallu sept ans à Stardust, lancé en février 1999, pour revenir sur la Terre et ramener pour la première fois depuis 30 ans des échantillons de poussières extraterrestres. La capsule a parcouru près de 5 milliards de kilomètres dans l’espace.

Grâce à elle, les chercheurs espèrent découvrir les origines du système solaire.

Au petit matin (à 11 h 12 très précisément, heure française), la capsule contenant des poussières de la comète Wild 2 a atterri sans dommage en plein désert de l'Utah, au sud-ouest de Salt Lake City, sur une base d'entraînement de l'armée américaine. Une heure plus tard, l'engin de 46 kg a été localisé par un hélicoptère. Avant d'être transporté avec la plus grande précaution jusqu'à un bâtiment de l'armée.


 

La capsule sera ouverte pour y prélever le caisson étanche qui contient les particules. Celui-ci rejoindra dans les jours qui viennent un laboratoire de la Nasa à Houston conçu spécialement pour éviter toute contamination des échantillons avec des poussières terrestres. Une équipe de chercheurs ouvrira le caisson pour vérifier que les grains cométaires ont bien été capturés et les récupérera un à un au moyen de microscopes et d'instruments miniaturisés. On s'attend à avoir attrapé quelques milliers de grains mesurant 10 microns, soit un dixième de l'épaisseur d'un cheveu. Au total, ils devraient peser environ un milligramme et rentrer dans un dé à coudre.

Retour de la sonde (Photo NASA)

Les poussières seront ensuite distribuées à part égale à plusieurs laboratoires dans le monde. Leur analyse devrait éclairer les astronomes sur la genèse du Soleil et de ses planètes, voici 4,6 milliards d'années. Les comètes, dont on pense qu'elles se sont formées à cette époque très loin du Soleil, sont en effet considérées comme de véritables archives du système solaire. Elles sont probablement restées intactes depuis.

Le retour sur Terre des poussières n'est que le début de l'aventure scientifique. Un peu partout dans le monde, les chercheurs attendent avec impatience les premiers échantillons que leur distribuera la Nasa.

(Photo NASA)

C'est la première fois que les scientifiques auront accès à cette matière qui, pensent-ils, a servi de matériau de base au Soleil et à ses planètes. «A quelle distance du Soleil ces grains se sont-ils formés au début du système solaire ? Quels constituants n'ont pas évolué depuis et sont différents de ce qu'on trouve sur Terre ? Les comètes ont-elles pu amener de l'eau et des molécules carbonées qui sont indispensables à la vie sur notre planète ?», s'interroge Marc Chaussidon, du Centre de recherche pétrographique et géochimique du CNRS à Nancy.

(Photo NASA)

Lancée en 1999, la sonde a rencontré la comète Wild 2, près de Jupiter, le 2 janvier 2004, après une double révolution autour du Soleil.

Stardust a également pris 72 photos de Wild 2, montrant de grands rochers en surface, des cratères et une vingtaine de "geysers" crachant des gaz et de la poussière.

V.Battaglia (16.01.2006)

Source

Site de la NASA

< Astronomie