Home

Animaux < Fonds marins < Céphalopodes < Calmar. Dosidicus gigas

Calmar de Humboldt

Le calmar de Humboldt (Dosidicus gigas) ne doit pas être confondu avec le calmar géant (Architeuthis dux) qui est beaucoup plus grand. Cependant, ce calamar atteint quand même une longueur de près de 2 mètres.
Ce calmar est également appelé diable rouge en référence à la couleur de son manteau mais également à son comportement.
Agressif et vorace, le calmar de Humboldt virevolte, apparaît et disparaît à une vitesse fulgurante tel un véritable diable des mers.
Cette espèce de calmar est encore très méconnue car difficile à observer dans son milieu naturel.

Le calmar de Humboldt fait partie de la famille des Ommastrephidae. Cette famille comprend 21 espèces de calmars.

Portrait du calmar de Humboldt

Ce calmar peut mesurer 1,80 m bien que la moyenne soit plutôt d’1,60 m. Les populations évoluent dans les eaux du Pacifique, du nord de Tierra del Fuego à la Californie.
Leur nom commun de Humboldt provient du courant marin du même nom. Le courant de Humboldt parcourt l'océan Pacifique. Il prend naissance près de l'Antarctique et longe les côtes du Chili et du Pérou.

La tête est dotée de deux énormes yeux qui peuvent atteindre deux fois la taille des yeux humains. Leur acuité visuelle très sophistiquée en fait de redoutables prédateurs. Les yeux sont sensibles à la lumière polarisée ce qui améliore la détection des proies.
L’homme ou les mammifères marins ne perçoivent pas la polarisation de la lumière.

Etude polarisation

Comme tous les calmars, il possède 8 bras et deux tentacules qui sont dispersés autour d’une bouche vorace dotée d’un bec très acéré.

Vient ensuite la partie charnue : le manteau. Ce dernier est très musclé et protège les organes internes.
Le calmar nage en expulsant violemment l’eau de la cavité palléale par un entonnoir, mobile et orientable vers l’avant ou l’arrière, ce qui lui permet de nager en tous sens.

Avec sa forme profilée, le calmer de Humboldt semble toujours en mouvement, virevoltant dans l’eau à très grande vitesse.
D’une manière générale, les calmars peuvent se propulser par saccades à près de 40 km/h.

Les deux nageoires triangulaires sont attachées au manteau et servent à « planer » et à manœuvrer.

Calmar de Humbolt

Les Céphalopodes peuvent changer de couleur. Le calmar de Humboldt envoie fréquemment des sortes de flash lumineux en changeant tout simplement la couleur de sa peau.
On ne connaît pas avec précision la signification de ces flashs. Ils peuvent être émis de manière décalée ce qui provoque une illusion d’optique dérangeante.

Peut-être est-ce un moyen de défense vis-à-vis des prédateurs ? Les scientifiques qui étudient les calamars sont persuadés que ces animaux communiquent entre eux. Les éclairs lumineux font peut-être partie de ce mode de communication dont nous ne savons rien.

Calmar de Humbolt

Calmar de Humboldt échoué sur une plage californienne. By drgflyorng

Comme les autres Céphalopodes, ce calmar laisse une traînée d’encre derrière lui pour dissimuler sa fuite. Cette encre contient de la mélanine, un pigment semblable à celui qui teinte la peau humaine.

Mode de vie

Le mode de vie du calmar de Humboldt conserve de nombreux points d’interrogation. Il n’est pas possible de l’étudier en captivité car un individu captif meurt au bout de quelques jours.

L’étudier dans son environnement naturel est très difficile car la plupart du temps, il évolue à des profondeurs inaccessibles pour un plongeur.

Ces calmars voyagent en grandes colonies. La journée, ils restent à des profondeurs d’au minimum 200 m et descendent à environ 700 m.
La nuit, ils remontent à environ 60 m pour se nourrir de poissons, de mollusques et d’autres céphalopodes.

Calmar

Spécimens étudiés en 2007 en Californie. (Capture d'écran TV)

C’est à ce moment là qu’ils peuvent être observés.

En 2003, le National Geographic a réalisé un documentaire passionnant sur ce calmar. Bob Cranston, caméraman et photographe, a eu quelques frayeurs en essayant de les filmer. Ce type de plongée est très difficile et nécessite un matériel spécifique. Rien que la remontée prend environ une heure en respectant les paliers.

On peut observer dans ce documentaire que le calmar de Humboldt porte bien son nom de diable rouge.
Nullement impressionné par la présence humaine, il n’hésite pas à attaquer, s’accrochant au caméraman pour l’entraîner dans les profondeurs tout en essayant de lui arracher son masque.

Ces calmars pratiquent le cannibalisme.

Calmar de Humbolt

Calmar de Humbolt en Californie. By drgflyorng

Pendant la mission financée par le National Geographic, 1000 calmars ont été marqués afin d’en apprendre plus sur leur migration.
Ce marquage s’est révélé très difficile car beaucoup d’individus sont arrivés sur le bateau à moitié dévorés par leurs congénères.

Video calmar de Humboldt

Les déplacements des calmars de Humboldt restent à ce jour bien mystérieux. Les pêcheurs mexicains du golfe de Californie vivent de cette pêche qui s’avère cependant très aléatoire.
En effet, les calmars disparaissent parfois pendant des années de ces eaux côtières.

Nous savons qu’ils fréquentent la côte américaine du Pacifique depuis le nord de l’Oregon jusqu’au sud du Chili où nous perdons leurs traces.

Les scientifiques ont constaté que les calmars migrent de plus en plus vers le Nord, jusqu’à l’Alaska.
Peut-être est-ce dû à l’augmentation de la température des océans ou à la pêche excessive.

La reproduction de cette espèce est très mal connue. Les accouplements se font très probablement à des profondeurs inaccessibles aux observateurs.

Calmar de Humbolt

La longévité de la plupart des céphalopodes est très courte, un an par exemple pour la seiche. La longévité des calmars est à peu près identique.
Les partenaires ne s’accouplent qu’une fois dans leur vie. A part quelques rares exceptions, les mâles de céphalopodes meurent peu après l’accouplement et les femelles peu après la ponte.

Le calmar de Humboldt et l’homme

Ce calmar est pêché de manière industrielle par le Mexique. Pour ce pays, l’espèce a un poids économique important.

La population mondiale n’est pas connue. On peut simplement constater que l’activité humaine a un impact sur leurs migrations.
En 2007, ces calmars ont envahi les eaux californiennes attaquant toutes les proies passant à leur portée, y compris les plongeurs.

Tentacules de calmar

Gros plan sur les tentacules lors de l'invasion de 2007 en Californie. (capture d'écran TV)

Cette invasion était très probablement due à la diminution de leurs principaux prédateurs, chassés eux-mêmes par l’homme ainsi qu’aux changements climatiques.

Classification: Animalia. Mollusca. Cephalopoda. Teuthida. Ommastrephidae. Dosidicus

V.Battaglia (03.05.2008)

Calmar Géant

Références

Documentaire du National Geographic « Diables des profondeurs » 2003
Larousse des Animaux. Les Mollusques. P.525-531. Editions Larousse 2006
Dosidicus gigas. Marinebio.org
Invasive range expansion by the Humboldt squid, Dosidicus gigas, in the eastern North Pacific . PNAS

< Invertébrés marins