Home

Bangladesh

Les Sundarbans

Les pêcheurs du Delta du Gange, lorsqu’ils rament, sur leurs embarcations de bois, au sein des mangroves, portent derrière la tête un masque représentant un visage humain. C’est l’unique moyen de défense dont ils disposent contre le tigre du Bengale qui, dit-on, n’attaque que de dos.

Danger : tigre du Bengale

On l’appelle ici « le mangeur d’hommes », non sans raison, il faut l’avouer. Lors des quatre premiers mois de 2000, les tigres ont tué 65 personnes.
Le danger « tigre » s’ajoute aux conditions déjà très précaires des habitants du Bangladesh. La pauvreté atavique est aggravée par les inondations cycliques des terres du delta du Gange.

Tigre du Bengale

Tigres du Bengale. © dinosoria.com

Ce problème a été pris en charge par plusieurs organisations. Des vies humaines sont en jeu et en parallèle, il faut également sauver le tigre du Bengale dont le delta du Gange est le dernier sanctuaire.

Les zoologues estiment que dans la région deltaïque de l’État du Bangladesh, il ne reste que 400 à 450 tigres. L’espèce est d’ailleurs classée dans la liste des espèces en danger établie par l’UICN.

La seule manière d’atténuer la menace pour la population est de préserver l’équilibre de l’écosystème.
Il faut éviter que des parcelles de territoire sauvage ne soient transformées en terres agricoles. 139 699 hectares sont officiellement protégés depuis 1977.

La réserve des Sundarbans

Le delta du Gange, où confluent les eaux du Brahmapoutre et du Meghna, formant le bassin du Bengale, est le plus vaste de la planète.

delta du Gange

Prise depuis la navette spatiale Columbia, cette vue du delta du Gange montre la forêt de mangroves. © NASA

 

Les îles sablonneuses qui le composent, partagées par des milliers de canaux, abritent la plus vaste forêt de mangroves du monde.

Le nom de la région, Sundarbans, provient de sundri, l’espèce de mangroves (Heritiera fomes) la plus commune du delta.

Pecheurs au Bangladesh

Pêche traditionnelle au Bangladesh. © dinosoria.com

Le climat est tropical et humide. Les précipitations annuelles avoisinent 2 790 millimètres, essentiellement concentrées lors des moussons de juin à octobre.

La région comporte une considérable variété d’espèces. Le rhinocéros de Java, le buffle d’eau et le gaur ont disparu des Sundarbans au début du 20e siècle.
Outre le tigre, on a répertorié 49 espèces de mammifères.

Bangladesh

Coucher de soleil au Bangladesh. © dinosoria.com

Les principales proies du tigre sont les sangliers (20 000 environ) et les cerfs axis (80 000 environ).

On trouve également trois espèces de chats sauvages et des loutres. Ces dernières ont été domestiquées par les pêcheurs. Attachées à une corde, elles rabattent les poissons vers les filets.
Les Sundarbans sont également un sanctuaire ornithologique riche de 315 espèces d’oiseaux, dont 95 espèces aquatiques.

Les amphibiens et reptiles sont nombreux dont 19 espèces de serpents. Le python molure est l’une des espèces.

python molure

Python molure. © dinosoria

La faune marine revêt bien sûr un grand intérêt pour la population. La vente de crabes, de homards et de langoustes est l’une des premières activités commerciales de la ville côtière de Chittagong.

V.Battaglia (26.06.2005)

Tigre du Bengale

Références

Sanctuaires sauvages, Editions Artemis 2002
100 plus beaux sites du monde, Éditions de la Scine 2004
Les sites naturels, Editions Gründ 2003

< Réserves naturelles