Home

L’Animal et la religion

Diable et Démon

A travers la religion et les mythologies, l’animal nous a permis d’exprimer nos peurs mais aussi nos espoirs. L’homme a cherché à travers l’animal à exprimer ses fantasmes, sa religiosité et sa face obscure.
Du comportement de chaque animal sont nées des croyances qui varient d’une civilisation à l’autre.
Les animaux, représentant du diable ou du démon, sont nombreux. Tous les animaux ont été accusés à un moment ou à un autre de symboliser le Malin.

L’homme a honte de ses origines

Le Dieu de l’Ancien Testament, à l’origine des trois grandes religions monothéistes, a donné tout pouvoir à l’homme.
C’est sur ce concept judéo-chrétien que l’homme a légitimé sa férocité à l’égard des animaux.

Pour l’Islam, tous les animaux sont synonymes de souillure, en particulier le chien et le porc.

Pour la religion juive, tous les animaux ne sont pas dignes d’être sacrifiés. Une liste établit les animaux purs et impurs. Cependant, elle reconnaît la sensibilité animale et l’existence de la faune comme une création de Dieu.

Le monothéisme nous a donné le sentiment d’être des individus surnaturels en opposition aux animaux considérés comme des êtres inférieurs.
Les animaux ne parlent pas, n’ont pas d’âme et n’ont pas de droits.
Ce qui n’a pas empêché nos ancêtres de leur attribuer une responsabilité en leur intentant des procès.

Les procès d’animaux

Du Moyen Âge jusqu’au Siècle des Lumières, les procès d’animaux ont occupé les tribunaux ecclésiastiques et civils.
On ne jugeait pas l’animal lui-même, mais le démon qui vivait en lui. Moïse déjà réclamait que le bœuf qui tue un homme soit lapidé.

Les huissiers battaient donc la campagne pour assigner insectes et rongeurs à comparaître. Comme ils ne se présentaient jamais devant les tribunaux, les animaux était excommuniés. La sévérité du jugement dépendait de l’ordre dans lequel les animaux étaient montés dans l’arche de Noé.

Au 16e siècle, en Espagne, un évêque excommunie du haut d’un promontoire les rats, souris, mouches et autres animaux nuisibles, leur commandant de sortir du pays dans trois heures pour tout délai.
Au 17e siècle, l’Eglise renonce à ses ridicules procédures.

Rat

Le Rat était excommunié au Moyen Age. © dinosoria.com

Pour comprendre la mentalité de l’époque, il ne faut pas oublier que les animaux partageaient la vie quotidienne des hommes et vivaient souvent sous le même toit.

L’histoire abonde de procès dans lesquels figurent taureaux, vaches, chevaux, porcs, truies, fourmis, chenilles …
Si l’animal, auteur d’un délit, peut être appréhendé, il est traduit devant le tribunal. Comme on le voit encore aujourd’hui en Asie ou en Afrique, les porcs et les truies, au Moyen Age, couraient en liberté dans les rues. Il arrivait souvent qu’ils dévorent des enfants.

Cochon. Truie et ses bébés

Le cochon a été la principale victime des procès contre les animaux. Truie et ses porcelets. © dinosoria (CC BY-SA 3.0)

L’animal était alors incarcéré dans la prison du siège. Le juge déclarait l’animal coupable et le condamnait à être étranglé ou brûlé selon le pays.
L’animal comparaissait souvent habillé avec des vêtements d’homme.

A partir de la seconde moitié du 16e siècle, on prend conscience du ridicule et de l’absurdité de ces procès.

Le Chat : Symbole du Malin

En Occident, du 15e au 17e siècle, les chats ont été tourmentés et torturés de mille façons : jetés du haut des tours, pendus, maçonnés vifs dans les murs des maisons …
Une tradition médiévale a même inventé un instrument de musique sordide : l’orgue des chats. Cela consistait à installer plusieurs dizaines de chats dans une boite percée de trous qui laissaient passer la queue des animaux.
On tirait violemment dessus ou on piquait la queue avec une pointe pour provoquer les miaulements aigus des animaux prisonniers.

Chat noir

Regard "diabolique" du chat noir. By ƒernando

A la Saint Jean, on enfermait des chats dans des sacs que l’on enflammait. Les feux de la Saint Jean sont issus de cette sinistre coutume.

Le Serpent : Symbole du Mal

Dans les civilisations judéo-chrétiennes, le premier animal jugé et assimilé au diable a été le serpent de la Bible.
Le serpent symbolise la prudence mais est aussi l’une des manifestations favorites du diable.

Genèse 3/1-6

3.1 Or, le serpent était le plus fin de tous les animaux des champs, que l'Éternel Dieu avait faits; et il dit à la femme: Quoi! Dieu aurait dit: Vous ne mangerez point de tout arbre du jardin!
3.2 Et la femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin;
3.3 Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n'en mangerez point, et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.
3.4 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez nullement;
3.5 Mais Dieu sait qu'au jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.
3.6 Et la femme vit que le fruit de l'arbre était bon à manger, et qu'il était agréable à la vue, et que l'arbre était désirable pour devenir intelligent; et elle prit de son fruit et en mangea, et en donna aussi à son mari auprès d'elle, et il en mangea.

Le serpent monstrueux, proche du dragon, emblème du vice, est régulièrement vaincu, dans les légendes, par les premiers évêques des villes christianisées.

Notre phobie du serpent est atavique et propre à tous les primates. Dès leur plus jeune âge, les singes eux aussi paniquent à la vue d’un serpent.

Cobra royal

Cobra royal. © dinosoria.com (Elmwood Park Zoo, Norristown, PA)

Tout ce qui rampe, grouille, ce qui est velu déclenche chez l’homme des émotions incontrôlables.
Discours sociaux et religieux les ont toujours représentés comme l’horreur absolue. Cette phobie s’est transmise de génération en génération et perdure toujours chez une majorité de personnes.

La Hyène: Symbole de Mort

La hyène symbolise la mort ou le maléfice. D’anciennes légendes africaines attribuent la forme déprimée de son arrière-train au fait qu’il sert de fauteuil aux sorcières.

Hyène

Hyène tachetée. © dinosoria.com

Dans la civilisation judéo-chrétienne, c’est un animal diabolique qui a la réputation de changer de sexe à volonté. De plus, elle imite à s’y méprendre la voix de l’homme et est donc à ce titre l’incarnation de l’hypocrisie.

La chauve-Souris : Le Comportement Maléfique

De tout temps, la chauve-souris a été l’incarnation des comportements maléfiques. En Europe, cet animal a longtemps été associé au diable et aux démons.
Dans son tableau, le Triomphe de la Mort, Gustave Doré représente les esprits malins qui accompagnent la mort, par un inquiétant vol de chauves-souris.

Le Triomphe de la Mort, Gustave Doré. (Domaine public)

Chez les Mayas, le gîte de ces vampires était l’une des étapes obligatoires qui conduisaient les défunts dans les entrailles de la Terre.

chauve souris

Malgré un air peu engageant, la chauve-souris est inoffensive et très douce. © dinosoria.com

Le Crapaud : un animal diabolique

Au Moyen Âge, le crapaud était considéré comme un représentant du Malin. Il servait dans des breuvages magiques utilisés en sorcellerie. À tel point que la présence d’un crapaud près d’une habitation était une preuve suffisante pour accuser de sorcellerie l’habitant du lieu.
Le mot crapaud vient d’ailleurs du vieux français qui signifie « ordure ».

Batracien

Les batraciens symbolisaient le Malin. © dinosoria.com

Le crapaud symbolise la luxure, parce qu’il est « laid » comme elle.

Les animaux mythiques

Mythiques ou réels, les animaux sont nombreux dans l’art gothique et l’art roman. Ils illustrent des forces naturelles ou des vices humains.
L’homme a inventé des animaux fabuleux dont on croyait d’ailleurs à l’existence.

Par exemple, on a longtemps cru à l’existence du griffon, un mélange d’aigle et de lion. Cet animal satanique, légué à l’Occident par les Byzantins, gardait les tombeaux. Il est souvent représenté sous forme de gargouille sur les églises.

Griffon

Griffon. By Martin LaBar

Le Dragon remonte à l’Antiquité. Les Vikings le sculptaient à la proue de leurs drakkars. La chrétienté a assimilé le dragon au diable. Sa gueule, grande ouverte, et lançant des flammes figurait l’entrée de l’enfer.
En lui plantant une épée dans le corps, l’ange ou le héros pouvait acquérir sa puissance brute. A ce titre, il est percé par la lance de Saint Georges, l’archange patron des chevaliers.
Par contre, en Chine, il se révèle comme étant le symbole de la spiritualité.

Dragon

Dragons. By Giampaolo Macorig

On peut également citer la chimère qui crache du feu ; monstre diabolique à tête de lion, au corps de chèvre et à la queue de dragon.
Le centaure, mi-homme, mi-cheval, est issu de la mythologie grecque. Il symbolisait la puissance animale liée à l’intelligence humaine.

Gargouille

Gargouille de Notre Dame de Paris. By Pierre Pouliquin

Le phénix est censé renaître de ses cendres symbolise la résurrection du Christ. Il symbolise aussi la chasteté des femmes.

Vol du Phenix

Illustration du vol du Phénix. By Vermin Inc

Les animaux imaginaires ne sont pas tous dépourvus de fondement zoologique. Par exemple, la sirène est née de la découverte de phoques et de lamantins par des marins. Ces animaux vaguement aperçus ont provoqué des recompositions imaginaires.

La découverte des premiers orangs-outans au début du 17e siècle a provoqué la naissance des satyres et des hommes singes.

V. Battaglia (02.2005)

Domestication des animaux

L'Animal dans la religion

La légende du chat noir

Animal objet: transport, guerre

< Dossiers sur les mammifères