Home

Animaux pionniers de la conquête spatiale

Bien avant que l’homme marche sur la Lune, des animaux ont servi de cobayes en prévision de la conquête spatiale. Après la Seconde Guerre mondiale, les scientifiques pensaient que l’homme ne pourrait pas survivre bien longtemps en apesanteur.

Il leur fallait donc pouvoir expérimenter sur des êtres vivants les effets de l’apesanteur.

Américains et  Soviétiques ont  utilisé dès 1948 des chiens, des singes et des rongeurs pour préparer les vols habités.

La plupart de ces animaux ont été sacrifiés au nom de la science. En avril 1961, Youri Gagarine est devenu le premier cosmonaute de l’histoire. Le 21 juillet 1969, Neil. A.Armstrong marche sur la Lune.

Les deux pays se sont livré une guerre sans répit pour gagner cette course à la Lune qui s’est achevée par une victoire américaine et une note de 24 milliards de dollars.

Mais, si les cosmonautes sont devenus de véritables héros nationaux, qui se souvient des singes Albert I , Gordo, Sam, Yorick, Patricia, Mike, Enos ou des chiens Dezik, Lisa, Pchelka ou Laïka ?

Pourtant, sans ces animaux, la conquête spatiale n’aurait pas été aussi rapide et aurait provoqué de nombreuses pertes humaines.

Les premiers conquérants de l’espace

Avant d’envisager les vols orbitaux, Américains et Soviétiques ont dû effectuer de nombreux tests sur des vols suborbitaux. Singes du côté américain et chiens, du côté soviétique, ont activement participé à ces vols.

Animaux dans l'espace

La conquête spatiale n'a pas été une partie de plaisir pour les animaux. By Ceeb/ Charlie B. Spaht .(Blog de l'auteur)

D’après les archives de la Nasa, les vrais pionniers de l’espace sont des singes.

Le 11 juin 1948, Albert I, un macaque rhésus, a été lancé depuis le Nouveau-Mexique à bord d’un engin construit à partir de V2 allemands.
Il y a eu 5 lancements similaires connus sous le nom de « série Albert » entre 1948 et 1950. Des singes, tous baptisés Albert, et des souris, ont servi à étudier les accélérations de départ ainsi que l’impact sur l’organisme des vols suborbitaux.
Albert I, II et IV sont morts lors de l’impact au sol au retour des fusées.

En 1950, les Soviétiques ont équipé deux chiennes,  Albina et Tsyganka, d’un scaphandre pour un vol qui les a emmenées à 85 km d’altitude. Elles sont revenues sur Terre, saines et sauves, grâce aux sièges éjectables et aux parachutes.

Espace

Pavel Belyayev et Alexey Leonov. Vol orbital réussi en 1965. By 80s Austin/ Joseph Morris

En septembre 1951, on déplore de nouvelles victimes du côté soviétique : Dezik et Lisa, deux chiens. Ils participent à un vol suborbital dont ils ne reviendront pas.

Le 20 septembre 1951, un singe baptisé Yorick et 11 souris ont été récupérés après un vol  à  72 km d’altitude à la base aérienne de Holloman au Nouveau-Mexique.

Le 22 mai 1952, deux singes, Patricia et Mike, ont participé à des tests en vol réel afin d’observer les effets de l’accélération,  de l’apesanteur et de la décélération sur des êtres vivants.
Les deux singes sont accompagnés par Mildred et Albert, deux souris blanches. La capsule est équipée de caméras et monte à  58 km d’altitude.
Les deux souris avaient été placées dans un cylindre rotatif où elles pouvaient  « flotter » afin que l’on puisse étudier les effets de l’apesanteur.
Tous les animaux ont été récupérés sans dommages. Les deux singes ont pris une retraite méritée dans un parc zoologique de Washington.
Par contre, les souris ont été transférées dans un laboratoire militaire.

Cosmonaute

L'astronaute Walter M. Schirra, sélectionné pour le projet Mercury en 1959. Crédit Nasa

L’animal qui a réalisé le plus de vols en altitude est une chienne baptisée Otvazhnaya. Elle en a réalisé 5, tous réussis, entre 1950 et 1960.
Grâce à elle, les Soviétiques ont pu envisager l’envoi d’un être humain dans l’espace.

Laïka : calvaire dans l’espace

C’est le 3 novembre 1957 que Laïka, une femelle bâtarde noire et blanche, embarque à bord du satellite Spoutnik 2.
Cette petite chienne a été envoyée sur orbite à l’aide d’un missile intercontinental. De son vrai nom, Koudriavka, la chienne de 6 kg avait été récupérée dans les rues de Moscou.

Ce lancement a été effectué sans réels tests préliminaires et dans la précipitation. Il s’agissait avant tout de couper l’herbe sous les pieds des Américains.

Le satellite a effectivement atteint son orbite ce qui fait de Laïka le premier être vivant à avoir voyagé dans l’espace intersidéral.

Laika

Laïka, dans son habitacle, peu avant le départ. Credit: Tass via The Associated Press

Il n’a jamais été prévu que Spoutnik 2 revienne sur Terre. Laïka a donc été condamnée dès le départ. Cependant, malgré les affirmations des Soviétiques, la petite chienne ne s’est pas éteinte sans souffrance.
Son agonie a été un véritable calvaire.

La vérité a éclaté en 2002 lors du World Space Congress de Houston pendant lequel des scientifiques russes ont avoué la vérité.

Dès le décollage, Laïka équipée d’une combinaison de cosmonaute et enfermée dans un petit habitacle, s’affole et son cœur bat trois fois plus vite qu’à l’ordinaire.

Après la mise sur orbite, le satellite ne s’est pas séparé des réacteurs comme prévu. La température monte à 41°C. La capsule n’avait pas été équipée de protection contre les radiations solaires ce qui augmente encore la chaleur.

Laïka mettra 5 heures à mourir de déshydratation, de chaleur et de convulsions.

Son cercueil spatial se consumera dans l’atmosphère le 14 avril 1958 et finira par exploser au-dessus de la mer des Caraïbes.

Pendant 50 ans, les Soviétiques ont menti sur la soi-disant réussite de ce lancement qui a été partiellement un échec et surtout sur le sort de la petite martyre.
Et je ne pense pas que c’est la statue érigée à Moscou en l’honneur de Laïka, 40 ans après le drame, qui pourra faire oublier le calvaire de cet animal.

Echecs et réussites

Les Soviétiques ont tout d’abord utilisé des lapins, des rats et des souris pour des vols sans retour. Puis, les chiens, ou plus exactement les chiennes, ont pris le relais.
Les femelles sont censées se montrer plus dociles que les singes et surtout moins agitées pendant les vols.

Les Américains préfèrent les singes dont la physiologie est plus proche de celle de l’homme. Les primates ont inscrit leurs noms dans l’histoire de la conquête spatiale, à bord des lanceurs et capsules Jupiter, Mercury et Challenger.

Chiens astronautes

Timbres en l'honneur de Belka  et Strelka qui réussissent un vol en 1960. By 80s Austin/ Joseph Morris

En 1951, les Soviétiques ont réalisé plusieurs lancements avec des chiens.

Smelaya et Malyshka. Smelaya avait fugué un jour avant le lancement mais a été récupéré pour faire son vol d’essai, avec succès.
Cette même année, une douzaine de chiens ont été envoyés dans l’espace avec un taux de réussite de l’ordre de 60%.

vol orbital avec Komarov, Feoktistov, et Yegorov

Commémoration du vol orbital avec Komarov, Feoktistov, et Yegorov en octobre 1964. By 80s Austin/ Joseph Morris

Entre 1958 et 1959, les Américains ont effectué une partie de leurs tests avec des souris. 14 souris ont été tuées lors de l’explosion de la capsule Jupiter peu après son lancement en septembre 1959.
En décembre 1958, l’armée américaine a fait exécuter un vol suborbital à un singe nommé Gado. Le vol à bord d’une capsule Jupiter s’est bien passé mais lors de l’amerrissage, le dispositif de flottaison n’a  pas fonctionné et Gado est mort noyé.

Femme astronaute

Jerrie Cobb. L'une des premières femmes cosmonautes. Crédit Nasa

En  mai 1959, Able et Baker, deux singes, ont atteint près de 480 km d’altitude. Les deux animaux ont résisté à une force 38 fois supérieure à l’attraction terrestre et supporté l’apesanteur.
Les deux singes sont revenus mais Able est morte quelques jours après le retour sur Terre alors qu’elle avait été anesthésiée pour qu’on lui retire les électrodes.
Baker s’est éteint en 1984 à l’âge de 27 ans.

Journal avec article sur Gagarine

En 1961, Gagarine devient l'homme le plus célèbre du monde. Crédit Nasa

En 1959 et 1960, ce sont des singes rhésus qui rentrent dans l’histoire. M. et Mme Sam ont été envoyés dans l’espace à bord d’une capsule Mercury.
Il s’agissait de tester l’équipement utilisé plus tard pour les vols habités et d’aider les astronautes à supporter les effets physiologiques de l’accélération.
S.A.M est en fait un acronyme et les deux singes n’avaient aucun lien de parenté.
M. Sam est monté à 90 km d’altitude et sa capsule a été récupérée dans l’océan Atlantique.

Sam, singe de l'espace

Sam. 04/12/1959. Crédit Nasa

Center Number: S-63-19199
GRIN DataBase Number: GPN-2002-000042

Les deux SAM ont bien supporté l’expérience et sont morts bien plus tard de mort naturelle.

Du côté soviétique, la liste des cosmonautes canins s’allonge entre 1960 et 1961 :

  • Juillet 1960 : Bars  et Lisichka   meurent lors de l’explosion du propulseur au décollage
  • Août 1960 : Belka  et Strelka   à bord de Spoutnik 5 réussissent leur vol. Strelka donnera naissance plus tard à 6 chiots dont l’un a été offert à John Kennedy pour son fils.
  • Décembre 1960 : Pchelka  et Muska  sont lancés à bord de Spoutnik 6 en compagnie de souris et d’insectes. La capsule brûle lors de son retour sur Terre.
  • Mars 1961 : Chernushka, à bord de Spoutnik 9, réalise un vol orbital en compagnie d’un cochon nain de Guinée. Le vol est réussi.
  • Mars 1961 : Zvezdochka précède de quelques semaines Youri Gagarine. Elle embarque sur Spoutnik 10 avec un mannequin de forme humaine rempli d’électronique.
    Ce vol est le dernier test avec un lanceur Vostok.

Timbre russe

Timbre en l'honneur de Chernushka. By 80s Austin/ Joseph Morris

Le 31 janvier 1961, Ham, un chimpanzé bonobo devient le premier être vivant à contempler la Terre depuis l’espace.
Il s’est envolé de Cap Canaveral pour un vol de 16,5 minutes dans une capsule Mercury.

Ham, singe de l'espace

Ham à Cape Canaveral. 31/1/1961. crédit: Nasa
Center Number: 61-1923
GRIN DataBase Number: GPN-2000-001002

Grâce à lui, plusieurs centaines d’améliorations ont été apportées à la fusée et à la capsule ce qui a permis la réussite du vol d’Alan B. Shepard en mars 1961 qui a été le premier américain envoyé dans l’espace.
Ham a été placé au zoo de Washington en 1963 puis dans un parc zoologique de Caroline du Nord où il est mort en 1983.
Son corps a été empaillé.

Ham

Ham dans sa capsule. NASA Photo ID: S63-20804

Goliath, un petit singe écureuil (saïmiri), a eu moins de chance en novembre 1961. Il a été tué lors de l’explosion de la fusée quelques secondes après le lancement.

Enos est le chimpanzé qui est le pionnier du vol orbital. En novembre 1961, il s’envole à bord d’une capsule Mercury pour une mission qui le met en orbite autour de la Terre.

Enos

Enos à l'entraînement. 18/12/1961. NASA Photo ID: S61-04395

Malgré de nombreux incidents techniques, Enos s’en sort indemne et la mission est une réussite.
Cela ouvre la voie au vol orbital humain dont le premier sera réalisé par John Glenn le 20 février 1962.
Enos est mort 11 mois après  son vol de la dysenterie à la base aérienne d’ Holloman. Son décès n’est pas lié au vol.

Enos

Enos subit des tests avant le vol. NASA Photo ID: S61-04398

Du côté français, signalons qu’un chat, baptisé Félix, a été lancé dans l’espace en octobre 1963. Il a été récupéré sans encombre. Un autre chat lancé quelques mois plus tard n’a pas eu la même chance.

En février 1966, le biosatellite Kosmos 110  embarque les chiens Veterok  et Ugoyok qui resteront 21 jours dans l’espace soit le record canin de durée de vie dans l’espace.
Il faudra attendre juin 1974 et le vol humain avec Skylab 2  pour que ce record soit battu.

Timbre qui commémore les chiens de l'espace

Timbre en l'honneur de Veterok  et Ugoyok. By 80s Austin/ Joseph Morris

De nombreux autres vols habités par des animaux se sont déroulés jusqu’en 1996.

Les dernières victimes de la conquête spatiale

De 1973 à 1996, plusieurs pays se sont alliés pour mettre en place les missions baptisées Bion.
Ce partenariat comprenait l'Union Soviétique, l'Autriche, la Bulgarie, le Canada, la Chine, les états du Commonwealth, la Tchécoslovaquie, l'Allemagne,  la France, la Hongrie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, l'Ukraine, et les Etats-Unis.

Apollo 16 sur La Lune

Apollo 16 sur la Lune le 16 avril 1972 (NASA)

Lapik et Multik sont les deux derniers singes à avoir participé à un vol en décembre 1996 lors de la mission Bion 11.
Le vol a duré 14 jours mais Multik est mort peu après son retour sur Terre.

Sur le site de la Nasa, on peut lire que cette mort a soulevé un problème d’éthique lié à l’utilisation d’animaux pour la recherche et que finalement les Américains n’ont pas souhaité participer à la mission Bion 12.
En réalité, si la Nasa a stoppé ses missions, c’est uniquement pour des raisons budgétaires.

Apollo 15 sur la Lune

Apollo 15 sur la Lune. Crédit Nasa

Nul doute que d’autres animaux continueront  à être sacrifiés sans aucun état d’âme  pour la réussite des futures conquêtes spatiales.

Bien que fervente défenseur de la cause animale, je comprends parfaitement  que la colonisation de l’espace par l’espèce humaine est un challenge primordial pour notre avenir. En effet, nous savons qu’un jour le Soleil s’éteindra et avec lui, toute vie sur Terre.

Ham

Ham à l'entraînement en décembre 1961. NASA Photo ID: G61-00337

Cependant, avant d’envisager de coloniser d’autres planètes, ne devrions-nous pas bâtir une société plus juste dans laquelle la famine, la misère, l’intolérance et l’exclusion seraient bannies à jamais.
A quoi bon vouloir coloniser l’univers si nous ne sommes même pas capables de retenir les erreurs du passé et de permettre aux 6 milliards d’êtres humains de vivre en harmonie ?
A quoi bon sacrifier des animaux et engloutir des sommes colossales si au bout du chemin, nous ne faisons que dupliquer un modèle perverti par un dieu tout puissant appelé « argent ».

V. Battaglia (04.08.2008)

Crédit photographique

Licence utilisation Nasa

En savoir plus sur le Net 

Historique des animaux utilisés pour la conquête spatiale sur le site de la Nasa

< Actualité et dossiers sur les mammifères