Histoire < Antiquité au 19e siècle < Alexandre Le Grand

Alexandre Le Grand

En 336 avant notre ère, un prince de 20 ans, Alexandre III de Macédoine, dit Alexandre le Grand, monte sur le trône de Macédoine.
En seulement 12 ans, son règne va changer la face du monde. Durant cette courte période, Alexandre le Grand va soumettre l’Empire Perse, fonder de nombreuses villes appelées Alexandrie et créer un empire s’étendant de l’actuelle Albanie jusqu’aux frontières du Cachemire.
On ne peut s’empêcher d’être fasciné par cette épopée du plus grand conquérant de l’Antiquité.

L'ambition démesurée d'Alexandre le Grand

Dès l’enfance, Alexandre fait preuve d’une grande ambition. Il n’a que 13 ans quand il dompte le cheval Bucéphale que personne n’avait réussi à dresser.
Ce cheval fera d’ailleurs partie de toutes ses conquêtes.

Le jeune homme n’a que 20 ans quand son père, Philippe de Macédoine, meurt assassiné. Mais, le prince était déjà rompu à l’exercice du pouvoir.
A 16 ans, son père l’avait nommé Régent de Macédoine, avant de partir en guerre contre Byzance.

Alexandre le grand

Statut d'Alexandre le Grand. By Donnay

A 18 ans, Alexandre se bat contre les cités grecques et triomphe à la bataille de Chéronée.

C’est le philosophe Aristote qui a veillé à l’éducation de l’enfant. Alexandre est nourri de philosophie et de poésies lyriques.
Ce jeune roi est convaincu d’être un descendant des Dieux. Selon sa mère, il est le descendant d’Achille, héros de la guerre de Troie et d’Héraclès, fils de Zeus.

La conquête de l’Asie

En 334 avant notre ère, Alexandre organise une expédition pour sauver l’armée que son père a laissée en Asie.
Il franchit l’Hellespont, un détroit qui sépare la Grèce de l’Asie Mineure (l’actuelle Turquie), avec 35 000 hommes.
Les Perses sont forts de 120 000 soldats et 35 000 mercenaires. Le combat semble bien déséquilibré.
Pourtant, Alexandre écrase les colonnes perses de Memmon.
Fort de cette victoire, il pénètre plus avant en Asie Mineure et s’empare de Sardes, des villes grecques et puis de toute l’Anatolie.

Alexandre le grand

Alexandre le Grand et son cheval Bucéphale. By andronicusmax

Il occupe la Syrie, puis la Phénicie et prend Tyr en 332. La ville lui ayant résisté, il l’a fait raser et vend les habitants comme esclaves.

Il s’empare de Gaza et de Jérusalem et marche sur l’Egypte. Il fonde Alexandrie dans le delta du Nil.
Toute la Méditerranée est en son pouvoir.

Alexandre est en passe de concrétiser son grand projet : conquérir l’empire de Darios III, le Grand Roi, projet laissé inachevé à la mort de son père.

Malgré les défaites successives, Darios ne s’avoue pas vaincu. Replié à Babylone, il a reconstitué son armée.
Il compte sur son excellente cavalerie et les redoutables chars à faux tranchantes dont elle est équipée.
Mais, une fois encore, Darios est obligé de fuir. Cette défaite ouvre à Alexandre la route des cités perses : Babylone, Suse, Persépolis, Xerxès.

Darius III et Alexandre le Grand

Darios à la bataille d'Issos (IIe siècle avant notre ère. Musée archéologique de Naples). By Get directly down

Toutes les capitales finissent par tomber. C’est alors que Darios est assassiné par ses généraux. Alexandre se proclame alors Roi d’Asie.

Une conquête inachevée

En 327, Alexandre entreprend la conquête de l’Inde. Dès 326, il est sur les rives de l’Indus. A l’été de cette même année, il affronte le roi Pôros et son armée d’éléphants.
Après une écrasante victoire, il veut pousser jusqu’au Gange.
Mais, Bucéphale, son cheval favori est mort. Après 8 ans de guerre, son armée est épuisée et ne souhaite qu’une chose : rentrer chez elle.
Alexandre, pour la première fois de sa vie, doit céder. Il érige alors une colonne sur laquelle il fait graver « Ici s’est arrêté Alexandre ».

Détail du sarcophage d'Alexandre le Grand

Détail du sarcophage dit "d'Alexandre", découvert dans la nécropole de Sidon (Liban) en 1855. Le soldat perse s'effondre sous les coups du conquérant divinisé, coiffé, comme Hercule, de la dépouille d'un lion. (IVe siècle avant notre ère, Musée archéologique Istanbul) . By Oboulko

Au printemps de 323, il est de retour à Babylone. Il se sent déjà prêt à repartir vers de nouvelles conquêtes.
Mais, au mois de juin, en plein banquet, il est pris d’une violente fièvre. En moins de 15 jours, la malaria l’emporte. L’invincible Alexandre n’a que 33 ans.

Alexandre le Grand, homosexuel ?

Le film d'Oliver Stone, Alexandre, sorti en 2004 insiste beaucoup sur l'homosexualité du grand conquérant. Cette vision trop moderne peut sembler très contestable car la conception morale des Grecs concernant l'homosexualité est bien différente de notre conception actuelle. Cependant, il ne faudrait pas non plus que notre interprétation soit une manière détournée de dire:" être homosexuel n'est pas compatible avec le fait d'être un grand conquérant."

Alexandre le Grand. Colin Farrell

Colin Farrell dans le rôle d'Alexandre le Grand

Dans cette version, nous sommes très loin du film de 1956 avec Richard Burton qui magnifie  Alexandre. Il faut souligner que la version d'Oliver Stone est beaucoup plus proche de la réalité historique que la version très hollywoodienne de Robert Rossen.

Oliver Stone a d’ailleurs fait appel à Robin Lane Fox, professeur d'Histoire de l'Antiquité à Oxford. Il est également l’auteur d’une excellente biographie d’Alexandre le Grand, publiée en 1974.

Jared Leto . Alexandre le Grand

Jared Leto dans le rôle d'Hephæstion, ami et amant d'Alexandre

Plusieurs historiens affirment qu'Alexandre est devenu dépressif à la mort de son amant. Ils se basent sur certains écrits des historiens de l'époque qui relatent la grande souffrance morale d'Alexandre suite à la mort prématurée de son compagnon.

Il est donc certain qu' Alexandre avait un amant auquel il tenait beaucoup, Hephæstion. Mais comme le voulaient les coutumes de l'époque, cela ne l'a pas empêché d'avoir plusieurs enfants et de nombreuses maîtresses. On peut donc parler de bisexualité, ce qui était très courant à l'époque.

Hephæstion est décédé en novembre 324 avant notre ère, peut-être de la fièvre typhoïde.

Alexandre le Grand

Alexandre le Grand. By Dime01

On sait également qu'à la mort de son ami et compagnon, Alexandre a fait exécuter le médecin d'Hephæstion.

Il a également fait dresser un bûcher de six étages pour incinérer le corps de son compagnon d'armes. Hephæstion a été nommé Chiliarque c'est-à-dire «Grand Vizir».

Un tombeau, digne d’un pharaon, a été construit à Babylone. Il était destiné à Hephæstion. Mais, finalement, il servira aux funérailles d'Alexandre, qui meurt moins d’un an après son amant.

Alexandre avait une sexualité en harmonie avec son époque. Les mariages étaient politiques, les maîtresses étaient nombreuses et entre deux batailles, on se divertissait entre hommes.

Hephæstion

Buste d'Héphaistion. By brewbooks

Oliver Stone a eu le courage de relater un fait qui était toujours resté dans l'ombre. Beaucoup de gens n'ont pas apprécié à la sortie du film et particulièrement en Grèce. Cet émoi, à mon avis injustifié, prouve simplement que notre vision moderne de l'homosexualité est très déformée. Cela prouve également que le sujet reste encore tabou malgré sa surmédiatisation.

Quelles qu’aient pu être ses préférences amoureuses, Alexandre le Grand est et restera pour toujours un grand visionnaire, parfois un peu trop idéaliste, qui en un temps éclair a marqué de son empreinte notre histoire.

Une mission divine

Alexandre a toujours cru qu’il était investi d’une mission divine. En Egypte, il se fait nommer Pharaon, « fils de Rê », « nouvel Horus » avec l’accord des égyptiens.
Il se dit « fils d’Amon », l’équivalent égyptien de Zeus et affirme que sa mère l’a conçu du dieu lui-même, qui avait pris la forme d’un serpent.
A partir de là, Alexandre exige qu’on se prosterne pour lui baiser les pieds.

Elephants sacrés

Eléphant, détail d'un stupa de Wat Chieng Mun. Alexandre se fit livrer dans la vallée de l'Indus des pachydermes pour y habituer ses soldats. By Oboulko

Il institue un culte royal : le cérémonial de la proscynèse. Les Grecs, hostiles à la vénération d’un être vivant, y sont hostiles mais cette résistance est vite étouffée.

Un rêve d’unification

Alexandre le Grand a toujours rêvé de réaliser l’unité du monde, de marier l’Occident à l’Orient.
Ce mariage implique de créer des foyers de langue et culture grecques qui cimenteront son empire.
Voilà pourquoi, partout où il passe, Alexandre fonde une ville qui porte son nom. Selon Plutarque, il en aurait fondé plus de 70 dont 34 ont été identifiées à ce jour. La plus célèbre est bien sur Alexandrie d’Egypte.
Il créé des ports, développe la monnaie et étend les systèmes de communication.

Coin marqué à l'effigie d'Alexandre le Grand

Pièce à l'effigie d'Alexandre qui orne un pendentif. By Gemteck 1

Il a l’intelligence de maintenir en place les administrations existantes et de respecter les dieux et les temples des pays conquis.
Il se contente juste de placer des Macédoniens aux postes clés.

Son armée est à l’image de son empire. Elle compte de plus en plus d’orientaux.
Alexandre, lui-même, pour montrer l’exemple a épousé Roxane, la fille d’un dignitaire Perse et en seconde noce, il a pris une fille de Darios. Il incite ses officiers à suivre son exemple.

Pourtant, à sa mort, l’empire vole en éclats. Ses successeurs se battent pour le pouvoir. La mère d’Alexandre, sa femme et son fils sont assassinés.
Après 50 ans de luttes internes, l’empire est morcelé en trois royaumes.

Alexandre le Grand est entré dans la légende.

Il laisse derrière lui les violences d’un roi mû par la démesure mais également des innovations durables comme la conception d’une monarchie autocratique.

V.Battaglia (02.2006). M.à.J 07.2008

Références

Alan Fildes & Joann Fletcher ; Alexander the Great: Son of the Gods. Getty Publications 2004
Paul Cartledge; Alexander the Great. Vintage 2005

< Histoire