Home

Lutte contre la malaria et la dengue

Aedes aegypti est un moustique porteur du virus de la dengue. Anopheles gambiae est lui aussi un moustique qui est responsable de la propagation du paludisme, également appelé malaria, en Afrique.
Afin de combattre ces deux maladies, des chercheurs ont eu l’idée d’utiliser les deux insectes, responsables des épidémies, pour tenter d’éradiquer les deux fléaux.

Paludisme

Le paludisme est dû à un parasite, le Plasmodium, transmis par les moustiques qui en sont porteurs. Chez l’être humain, ces parasites se multiplient dans le foie puis s’attaquent aux globules rouges.
Le paludisme ou malaria se manifeste par de la fièvre, des maux de tête et des vomissements
(Citation OMS)

Des médicaments antipaludéens existent mais les moustiques sont devenus très résistants aux traitements.

Récemment, l’OMS a remis en cause les chiffres officiels du nombre de personnes contaminées par cette maladie. En 2010, l’estimation mondiale était de 655 000. Mais d’après cet organisme, la malaria tue environ 1,2 millions de personnes dans le monde.

Dengue

La dengue, également appelée fièvre rouge, est une infection virale transmise par la piqûre du moustique Aedes. Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe et la guérison intervient au bout d’une semaine mais l’infection peut également évoluer en fièvre hémorragique potentiellement mortelle.

Des vaccins contre la dengue sont actuellement testés dans le cadre d’essais cliniques.

Aedes aegypti

Ce moustique est originaire d’Afrique mais a migré, grâce à l’homme, dans la plupart des régions tropicales.

La femelle est la seule à piquer et donc à transmettre d’éventuelles maladies. Comme la plupart des moustiques, la reproduction est très rapide.
La femelle pond des œufs qui peuvent éclore en moins de 48 h et les larves deviennent adultes en 7 à 12 jours.

Durant sa courte vie, 2 à 3 semaines environ, les femelles s’empressent de trouver des proies pour pouvoir se reproduire.

aedes aegypti

Aedes aegypti. © dinosoria.com

Pour pouvoir pondre, les moustiques femelles ont besoin de faire un repas de sang dont le bétail, les oiseaux et l’homme sont les principales victimes.

Une fois gorgées de sang, elles recherchent une source d’eau indispensable à la ponte.

Modification génétique des moustiques

Les insecticides se sont montrés peu efficaces pour éradiquer les moustiques. On a également essayé de détruire les œufs mais là encore c’est le moustique qui a gagné le combat.

Moustique. aedes aegypti

Seule la femelle moustique pique. © dinosoria.com

Les scientifiques de l’université d’Oxford ont réussi à modifier génétiquement des mâles pour qu’ils ne puissent survivre sans tétracycline, un antibiotique.
Ce médicament est devenu, pour eux, une drogue. Sans leur dose, les juvéniles ne survivent pas.
Le traitement a été testé en laboratoire et 98% des mâles ont été éradiqués.
Un test aux îles Caïman et en Malaisie a donné d’excellents résultats. Près de 20 000 mâles génétiquement modifiés ont été relâchés sur une zone afin de réduire de manière drastique la reproduction de la population de moustiques.

Il est à souligner que cette technique a été contestée par des associations de protection de l’environnement. Les responsables craignent que cette introduction bouleverse l’équilibre écologique des régions concernées.

Moustique

Les moustiques sont devenus résistants aux insecticides. By Marcos Teixeira de Freitas

Une autre technique a été utilisée. Les chercheurs de l’Imperial College de Londres ont réussi à rendre stériles des mâles en neutralisant un gène indispensable à la production de sperme.

Les femelles n’ont fait aucune différence entre mâles stériles et fertiles.

V. Battaglia (26.02.2012)

 

Liens

Genetics Research sur Cambridge.org
Aedes aegypti sur University of Florida
Aedes aegypti. Department of Medical Entomology. University of Sydney
Quel est le meilleur traitement contre le paludisme ? OMS

< Insectes